octobre 24, 2021
11 11 11 AM
Soutien gorge après augmentation mammaire
Gainage après une augmentation mammaire
Comment se lever après une augmentation mammaire
Sport après augmentation mammaire
Conseils utiles pour la grossesse à Geneve
Se lancer ou pas dans la chirurgie esthétique ?
Les secrets de la mémoire
Les bénéfices du Yoga
C’est quoi un beau ventre ?
Comment en finir avec les Cernes ?
Latest Post
Soutien gorge après augmentation mammaire Gainage après une augmentation mammaire Comment se lever après une augmentation mammaire Sport après augmentation mammaire Conseils utiles pour la grossesse à Geneve Se lancer ou pas dans la chirurgie esthétique ? Les secrets de la mémoire Les bénéfices du Yoga C’est quoi un beau ventre ? Comment en finir avec les Cernes ?

C’est quoi l’esthétique ou l’esthétisme ?

L’esthétique peut être définie de façon étroite comme la théorie de la beauté, ou de façon plus large comme la théorie et la philosophie de l’art. L’intérêt traditionnel pour la beauté elle-même s’est élargi, au XVIIIe siècle, pour inclure le sublime, et depuis 1950 environ, le nombre de concepts esthétiques purs discutés dans la littérature s’est encore accru. Traditionnellement, la philosophie de l’art se concentrait sur sa définition, mais récemment, ce n’est plus le cas, les analyses minutieuses des aspects de l’art la remplaçant largement.

Esthétique

L’esthétique philosophique est ici considérée comme centrée sur ces développements récents. Ainsi, après un tour d’horizon des idées sur la beauté et des concepts connexes, nous aborderons les questions de la valeur de l’expérience esthétique et de la variété des attitudes esthétiques, avant de nous pencher sur les questions qui séparent l’art de l’esthétique pure, notamment la présence de l’intention. Nous passerons ensuite en revue quelques-unes des principales définitions de l’art qui ont été proposées, ainsi qu’un compte rendu de la récente période de “dé-définition”. Les concepts d’expression, de représentation et la nature des objets d’art seront ensuite abordés.

Développons l’idée

Le champ de ce que l’on pourrait appeler “l’esthétique” est très vaste. Il existe même aujourd’hui une encyclopédie en quatre volumes consacrée à l’ensemble des sujets possibles. Cependant, les questions centrales de l’esthétique philosophique sont aujourd’hui assez bien établies.

On dit que l’esthétique, dans ce sens central, commence au début du XVIIIe siècle, avec la série d’articles sur “Les plaisirs de l’imagination” que le journaliste Joseph Addison a écrits dans les premiers numéros du magazine The Spectator en 1712. Avant cette date, les réflexions de personnalités ont fait quelques incursions sur ce terrain, par exemple dans la formulation de théories générales de la proportion et de l’harmonie, détaillées plus spécifiquement dans l’architecture et la musique. Mais le développement complet d’une réflexion philosophique approfondie sur l’esthétique n’a pas commencé à émerger avant l’élargissement des activités de loisirs au XVIIIe siècle.

Parmi les premiers théoriciens, Emmanuel Kant, vers la fin du XVIIIe siècle, est de loin le plus approfondi et le plus influent. Il est donc important, tout d’abord, d’avoir une idée de la manière dont Kant a abordé le sujet. Les critiques de ses idées, et les alternatives à celles-ci, seront présentées plus loin dans cet article, mais à travers lui, nous pouvons rencontrer certains des concepts clés du sujet en guise d’introduction. Kant est parfois considéré comme un formaliste en théorie de l’art, c’est-à-dire quelqu’un qui pense que le contenu d’une œuvre d’art ne présente pas d’intérêt esthétique. Mais ce n’est qu’une partie de l’histoire. Il est certain qu’il était formaliste en ce qui concerne la pure jouissance de la nature, mais pour Kant, la plupart des arts sont impurs, car ils impliquent un “concept”. Même la jouissance de parties de la nature était impure, notamment lorsqu’un concept était impliqué – comme lorsque nous admirons la perfection du corps d’un animal ou d’un torse humain. Mais notre plaisir, par exemple, des motifs abstraits arbitraires d’un feuillage ou d’un champ de couleurs (comme les coquelicots sauvages ou un coucher de soleil) était, selon Kant, dépourvu de tels concepts ; dans de tels cas, les pouvoirs cognitifs jouaient librement. À dessein, l’art peut parfois obtenir l’apparence de cette liberté : c’est alors le “Fine Art” – mais pour Kant, tout art ne possède pas cette qualité.

En tout, la théorie de Kant sur la beauté pure comporte quatre aspects :

  • Son absence de concepts,
  • Son objectivité,
  • Le désintérêt du spectateur et son caractère obligatoire.

Par “concept”, Kant entend “fin” ou “but”, c’est-à-dire ce que les pouvoirs cognitifs de l’entendement et de l’imagination humaine jugent applicable à un objet, comme par exemple “c’est un caillou”. Mais lorsqu’aucun concept défini n’est impliqué, comme dans le cas des galets éparpillés sur une plage, les pouvoirs cognitifs sont considérés comme jouant librement ; et c’est lorsque ce jeu est harmonieux que l’on fait l’expérience de la beauté pure. Il y a donc aussi objectivité et universalité du jugement, selon Kant, puisque les pouvoirs cognitifs sont communs à tous ceux qui peuvent juger que les objets individuels sont des galets. Ces pouvoirs fonctionnent de la même manière, qu’ils parviennent à un jugement définitif ou qu’ils soient laissés en suspens dans un jeu libre, comme lorsqu’ils apprécient le motif du rivage.

Ce n’est toutefois pas sur cette base que l’appréhension de la beauté pure était obligatoire.

Selon Kant, cela découlait du caractère désintéressé d’une telle appréhension, ce que l’on appelait au XVIIIe siècle son “désintéressement”. Cela vient du fait que la beauté pure ne nous gratifie pas sensuellement ; elle ne suscite aucun désir de posséder l’objet. Elle “plaît”, certes, mais d’une manière intellectuelle distincte. La beauté pure, en d’autres termes, retient simplement l’attention de notre esprit : nous n’avons pas d’autre préoccupation que de contempler l’objet lui-même. Dans ce cas, la perception de l’objet est une fin en soi ; elle n’est pas un moyen d’atteindre une autre fin, et elle est appréciée pour elle-même.

C’est parce que la moralité exige que nous nous élevions au-dessus de nous-mêmes qu’un tel exercice d’attention désintéressée devient obligatoire. Les jugements sur la beauté pure, étant désintéressés, nous initient au point de vue moral. “La beauté est un symbole de la moralité” et “La jouissance de la nature est la marque d’une bonne âme” sont des phrases clés de Kant. Le plaisir partagé d’un coucher de soleil ou d’une plage montre qu’il existe une harmonie entre nous tous et le monde. Parmi ces idées, la notion de “désintéressement” est celle qui a connu la plus grande diffusion. En effet, Kant l’a empruntée aux théoriciens du XVIIIe siècle qui l’ont précédé, comme le philosophe moral Lord Shaftesbury, et elle a suscité beaucoup d’intérêt depuis lors, notamment récemment par le sociologue français Pierre Bourdieu. Il est clair que dans ce contexte, “désintéressé” ne signifie pas “sans intérêt” et, paradoxalement, il est plus proche de ce que nous appelons aujourd’hui nos “intérêts”, c’est-à-dire des choses comme les loisirs, les voyages et le sport, comme nous le verrons plus loin. Mais dans les siècles précédents, l'”intérêt” était ce qui était à l’avantage de chacun, c’est-à-dire l'”intérêt personnel”, et c’était donc la négation de ce qui reliait étroitement l’esthétique à l’éthique. Voir https://bella.paris pour en savoir plus sur le sujet !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code