septembre 26, 2021
11 11 11 AM
Se refaire les fesses
Filler pour les lèvres du visage
Injection botox pour homme
Quelle différence entre rhinoplastie et rhinofiller ?
Histoire de la médecine esthétique
C’est quoi le Gummy Smile à Lausanne ?
Comment choisir un bon chirurgien esthétique ?
Liposuccion résultats après combien de temps ?
Hyperplasie adipeuse paradoxale à Genève, questions et réponses
Questions et réponses sur la chirurgie des paupières
Latest Post
Se refaire les fesses Filler pour les lèvres du visage Injection botox pour homme Quelle différence entre rhinoplastie et rhinofiller ? Histoire de la médecine esthétique C’est quoi le Gummy Smile à Lausanne ? Comment choisir un bon chirurgien esthétique ? Liposuccion résultats après combien de temps ? Hyperplasie adipeuse paradoxale à Genève, questions et réponses Questions et réponses sur la chirurgie des paupières

Détection précoce du Cancer du colon

Les tests de détection précoce permettent d’identifier le cancer à un stade précoce et potentiellement traitable. Certains tests peuvent également prévenir le développement du cancer colorectal en identifiant des excroissances anormales précancéreuses qui peuvent être retirées avant qu’elles ne deviennent malignes.

Les adultes doivent subir un dépistage du cancer du côlon à partir de 50 ans ou plus tôt, en fonction de leur risque de développer un cancer colorectal. Plusieurs tests sont actuellement disponibles et chacun a ses avantages et ses inconvénients. Le test de dépistage optimal dépend des préférences du patient et de son risque individuel de développer un cancer du côlon.

L’EFFICACITÉ DE LA DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DU CÔLON

La plupart des cancers colorectaux se développent à partir de polypes précancéreux. Les polypes sont des excroissances qui se forment dans la paroi du côlon et qui sont visibles lorsque l’intestin est examiné par endoscopie (coloscopie ou sigmoïdoscopie).

Il existe deux types de polypes, adénomateux et hyperplasiques. Les polypes adénomateux peuvent devenir cancéreux, mais chez la plupart des gens, il faut au moins 10 ans pour que cela se produise.

Le dépistage du cancer du côlon se fait par la détection de polypes ou de cancers à un stade précoce, suivie de l’ablation de l’anomalie. Une coloscopie régulière réduit jusqu’à 90 % le risque de développer un cancer colorectal. La détection précoce des cancers déjà présents dans le côlon augmente les chances de réussite du traitement et diminue la probabilité de mourir de la maladie.

LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU CÔLON

Plusieurs caractéristiques communes augmentent le risque de cancer colorectal. Bien que chaque facteur de risque individuel ajoute un certain risque, le risque est fortement accru si plusieurs de ces facteurs sont présents en même temps.

Les facteurs qui augmentent le risque :

  • Antécédents familiaux de cancer colorectal .

Le fait d’avoir un cancer colorectal chez un parent au premier degré (parents, frères et sœurs ou enfants) augmente le risque de cancer, de même que si plusieurs membres de la famille sont touchés ou si le cancer est survenu avant l’âge de 55 ans.

  • Antécédents personnels de cancer colorectal ou de polypes.

Les personnes qui ont déjà eu un cancer colorectal ont un risque accru de développer un nouveau cancer colorectal. Les personnes qui ont eu des polypes adénomateux avant l’âge de 60 ans ont également un risque accru de développer des polypes adénomateux.

  • Âge.

Bien qu’une personne ait un risque à vie de 5 % de développer un cancer colorectal, 90 % de ces cancers surviennent chez des personnes de plus de 50 ans. Le risque augmente avec l’âge tout au long de la vie.

  • Mode de vie.

Plusieurs facteurs liés au mode de vie augmentent le risque de cancer colorectal, notamment :

♥ Une alimentation riche en graisses et en viande rouge et pauvre en fibres.

♥ Un mode de vie sédentaire

♥ Fumer des cigarettes

♥ Consommation d’alcool

♥ Obésité

 

2. les facteurs qui augmentent fortement le risque de cancer colorectal

Polypose adénomateuse familiale.

La polypose adénomateuse familiale (PAF) est une maladie héréditaire rare. Près de 100 % des personnes atteintes de cette maladie développeront un cancer colorectal au cours de leur vie, et la plupart de ces cancers surviennent avant l’âge de 50 ans. Le FAP entraîne le développement de centaines de polypes le long du côlon à partir de l’adolescence.

Cancer du côlon héréditaire sans polypose.

Également appelé syndrome de Lynch, il s’agit d’une autre maladie héréditaire associée à un risque accru de cancer colorectal. Il est légèrement plus fréquent que le FAP, mais reste rare, puisqu’il représente environ 1 cas de cancer colorectal sur 20. Environ 70 % des personnes atteintes d’un cancer du côlon héréditaire sans polypose auront un cancer colorectal avant l’âge de 65 ans. Ce cancer a également tendance à se manifester à un âge plus jeune. Les personnes atteintes d’un cancer du côlon héréditaire sans polypose présentent également un risque accru d’autres types de cancer, tels que le cancer de l’utérus, de l’estomac, de la vessie, du rein et de l’ovaire.

Les maladies inflammatoires de l’intestin.

Les personnes atteintes de la maladie de Crohn ou de colite ulcéreuse présentent un risque accru de cancer colorectal. L’augmentation du risque dépend de la quantité de côlon enflammé et de la durée de la maladie. Ainsi, la pancolite (inflammation de l’ensemble du côlon) et la colite qui dure depuis 10 ans ou plus sont associées à un risque accru de cancer colorectal. Le risque de cancer du côlon n’est pas accru chez les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable.

3. Facteurs susceptibles de réduire le risque

Calcium

Bien que certaines études aient montré que les personnes ayant un apport élevé en calcium présentent également un risque plus faible de cancer colorectal, on ne sait pas si la prise de suppléments de calcium ou une alimentation riche en calcium réduit le risque de cancer.

Aspirine, ibuprofène et autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

Bien que certaines études attribuent à ces médicaments la capacité de réduire le risque de développer un cancer colorectal, le risque de développer d’autres effets secondaires à long terme signifie que, dans la pratique clinique courante, ils ne sont pas recommandés à titre préventif.

TESTS DE DÉTECTION PRÉCOCE

Il n’existe pas de consensus sur le meilleur test de dépistage du cancer du côlon. Par conséquent, une stratégie individualisée est recommandée en fonction des facteurs de risque présents.

Certains experts recommandent un dépistage systématique des polypes précancéreux (coloscopie ou sigmoïdoscopie). D’autres recommandent la colonographie par tomodensitométrie (coloscopie virtuelle). D’autres encore recommandent de procéder régulièrement à des analyses de sang occulte dans les selles. Mais en réalité, c’est en fonction des caractéristiques du patient que l’on décide quel test est le plus précis.

STRATÉGIES POUR LA MISE EN ŒUVRE DE TESTS DE DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DU CÔLON

La stratégie de dépistage du cancer du côlon recommandée dépend du risque de cancer du côlon.
1. risque intermédiaire de cancer colorectal :

Les personnes présentant un risque intermédiaire de cancer colorectal doivent commencer le dépistage à l’âge de 50 ans et l’une des stratégies de dépistage suivantes est recommandée :

√ Coloscopie tous les 10 ans.

√ Coloscopie virtuelle tous les 5 ans.

√ Sigmoïdoscopie flexible tous les 5 ans

√ Recherche de sang occulte dans les selles chaque année

2. risque élevé de cancer colorectal

Chez ces personnes, la stratégie de dépistage implique un diagnostic précoce à un plus jeune âge, des tests complémentaires plus fréquents ou l’utilisation de tests de dépistage plus sensibles (généralement la coloscopie). Le plan de dépistage optimal dépend de la cause de l’augmentation du risque.

A. Antécédents familiaux de cancer colorectal

* Les personnes dont un parent au premier degré a été atteint d’un cancer colorectal ou de polypes adénomateux avant l’âge de 60 ans, ou dont deux parents au premier degré ont été diagnostiqués à n’importe quel âge, devraient commencer le dépistage du cancer du côlon avant l’âge de 40 ans, ou 10 ans avant l’âge du parent le plus jeune ayant reçu ce diagnostic, selon la première éventualité. Une coloscopie est généralement réalisée, et doit être répétée tous les cinq ans.

* Les personnes ayant un parent au premier degré atteint d’un cancer colorectal ou de polypes adénomateux à l’âge de 60 ans ou plus, ou deux parents au second degré (grands-parents, tantes, oncles) ou plus atteints d’un cancer colorectal, devraient commencer le dépistage par coloscopie à l’âge de 50 ans et le répéter comme pour les personnes à risque intermédiaire.

* Les personnes ayant un seul parent au deuxième ou troisième degré (arrière-grands-parents ou cousins) atteint d’un cancer colorectal sont considérées comme présentant un risque intermédiaire de cancer colorectal.

 

B. Les personnes ayant des antécédents familiaux de cancer du côlon d’origine génétique, comme la polypose adénomateuse familiale ou le cancer du côlon héréditaire sans polypose, nécessitent un dépistage et des traitements préventifs agressifs et doivent être suivies par un médecin ayant une expertise clinique de ces syndromes.

 

C. Les personnes atteintes de colite ulcéreuse ou de la maladie de Crohn présentent un risque accru de cancer du côlon. La stratégie de détection précoce dépend de la proportion du côlon qui est touchée et de la durée de l’évolution de la maladie. En fait, dans le suivi de routine de ces patients, la détection précoce du cancer du côlon fait déjà partie des pratiques courantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code