Explication de l’histoire de la chirurgie plastique

Quelle est la spécialité de la chirurgie plastique et quelle est son histoire ?

La chirurgie plastique est l’une des plus larges spécialités chirurgicales. Les chirurgiens plastiques sont formés à la chirurgie cranio-faciale, à la microchirurgie, à la chirurgie esthétique, à la chirurgie pédiatrique et à la chirurgie de la main. Ils sont formés à tous les tissus du corps et sont capables d’utiliser les os, les muscles, la peau et la graisse pour réparer les défauts.
La chirurgie plastique se résume-t-elle à des rhinoplasties et à des plasties du ventre ?
Non. Seule une petite partie de la chirurgie plastique fait appel à la chirurgie esthétique. Les chirurgiens plastiques sont avant tout des médecins de plaies. Ils sont formés pour utiliser les tissus d’une partie du corps afin d’aider à rétablir les fonctions d’une autre partie blessée. Ils participent à la reconstruction des seins après leur ablation pour cause de cancer ou à la réparation de l’abdomen après une infection ou une hernie grave. Elles sont formées pour rattacher des membres après un traumatisme dévastateur ou pour soigner des escarres de décubitus dues à des maladies prolongées. Ils ferment les fentes palatines et les lèvres chez les enfants nés avec des malformations. Ils opèrent toutes les parties du corps. Leur spécialité consiste à rendre la vie plus agréable.

Pourquoi le nom “chirurgie plastique” ? Où se trouve le plastique ?

Le mot “plastique” vient du grec plastikos qui signifie “mouler” ou “façonner”. Le terme “chirurgie plastique” n’a aucune corrélation avec le polymère synthétique que la plupart des Gens appellent “plastique”. Le terme a été inventé pour la première fois en 1818 par un médecin allemand du nom de Carl Ferdinand von Graefe pour décrire le processus de moulage des tissus corporels pour soigner les blessures sur le corps.

Quand la première chirurgie plastique a-t-elle été pratiquée ?

La première véritable chirurgie plastique a été pratiquée en Inde par un chirurgien du nom de Sushruta en 800 av. Il a mis au point une méthode de reconstruction des défauts nasaux en utilisant, entre autres, des tissus du front. L’amputation nasale était malheureusement courante dans le monde antique car elle était utilisée comme une forme de punition. La reconstruction nasale a été l’une des premières procédures jamais réalisées dans le domaine de la chirurgie plastique.

Qui est le père de la chirurgie plastique moderne ?

Gaspare Tagliacozzi est le père de la chirurgie plastique moderne. Sa célèbre citation résume le mieux la spécialité : “Nous réparons et restaurons ce que la Nature a donné, mais que la Fortune a enlevé. Non pas pour qu’elle plaise à l’œil du spectateur, mais pour qu’elle soutienne l’esprit des affligés”.

Les premières années

L’amélioration de soi est essentielle à la nature de l’humanité. Le progrès s’arrêterait sans la poursuite de l’apprentissage et de l’éveil de l’individu, sans la paix avec ses voisins et sans des moyens de travail plus efficaces. Parce que les êtres humains ont toujours cherché à s’épanouir grâce à l’amélioration de soi, la chirurgie plastique – qui améliore et restaure la forme et la fonction – est peut-être l’un des plus anciens arts de la guérison au monde.
En fait, des preuves écrites citent le traitement médical de blessures au visage d’il y a plus de 4 000 ans. Les médecins de l’Inde ancienne utilisaient déjà des greffes de peau pour des travaux de reconstruction en 800 avant J.-C.
Cependant, les progrès de la chirurgie plastique, comme la plupart des médecines, ont évolué de façon glaciaire pendant des centaines d’années. Ce n’est qu’aux XIXe et XXe siècles que la spécialité a progressé tant sur le plan scientifique qu’au sein de l’establishment médical, tant en Europe qu’aux États-Unis.
Le premier chirurgien plastique américain notable est le Dr John Peter Mettauer, né en Virginie en 1787. Le coloré Dr Mettauer a pratiqué la première opération de fente palatine au Nouveau Monde en 1827 avec des instruments qu’il avait lui-même conçus.

La guerre entraîne l’évolution de la chirurgie plastique

Pour le meilleur ou pour le pire, la force motrice derrière la plupart des développements de la chirurgie plastique à la fin des années 1800 et au début des années 1900 était la guerre, avec les terribles blessures qu’elle inflige souvent à ses participants. En fait, c’est la “Guerre pour mettre fin à toutes les guerres”, la Première Guerre mondiale, qui a catapulté la chirurgie plastique dans un nouveau royaume supérieur.
Jamais auparavant les médecins n’avaient eu à traiter un aussi grand nombre de blessures au visage et à la tête. Les mâchoires brisées, les nez et les lèvres arrachés et les blessures béantes au crâne causées par les armes modernes ont nécessité des procédures de restauration innovantes. Certains des meilleurs talents médicaux en Grande-Bretagne, en France, en Allemagne, en Russie et en Autriche-Hongrie se sont consacrés à la restauration du visage et de la vie de leurs compatriotes pendant et après la Première Guerre mondiale. Aux États-Unis, des chirurgiens plastiques comme Varaztad Kazanjian de Boston et Vilray Blair de St. Louis ont noblement servi leur pays, et l’humanité, pendant ces années.

Les procédures esthétiques progressent également

Les procédures de chirurgie esthétique se sont également développées au cours de cette période lorsque les médecins ont réalisé, selon les mots du chirurgien plastique américain du 19e siècle John Orlando Roe, “combien de précieux talents (avaient) été… enterrés aux yeux des hommes, perdus pour le monde et la société en raison de l’embarras… causé par l’influence consciente, ou dans certains cas inconsciente, de quelque infirmité ou difformité physique ou d’un défaut inesthétique”.
Le plastique : pour mouler ou donner forme
Malgré l’idée fausse qui prévaut, le mot “plastique” dans “chirurgie plastique” ne signifie pas “artificiel”, mais est dérivé du mot grec ancien “plastikos”, qui signifie mouler ou donner une forme. La chirurgie plastique comprend à la fois les sous-spécialités reconstructrice et esthétique. Voir https://theoueb.com/site-16230-clinique-bellefontaine-lausanne pour en savoir plus !

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Avec les progrès actuels de la science et de la technologie médicales, les risques de la chirurgie plastique, qu’elle soit esthétique ou reconstructive, sont les mêmes que pour toute autre chirurgie, mais les échecs ne sont pas admis parce qu’on ne réalise pas quelque chose d’indispensable pour le corps, mais qu’on ne fait que réparer le corps du patient pour qu’il se sente mieux dans sa peau.

Il est très important que les personnes intéressées par la chirurgie plastique s’adressent à un spécialiste reconnu et formé. Actuellement, une intervention de ce type réalisée par un bon chirurgien représente un risque de un ou deux pour cent ; il a considérablement baissé et c’est pourquoi il est aujourd’hui très courant de réparer des corps, de pratiquer une liposuccion, une augmentation mammaire, un remodelage des paupières.

Le spécialiste a affirmé qu’aujourd’hui cette pratique est devenue très courante parce qu’elle est plus accessible, il y a de plus en plus de personnes qui s’y consacrent et cela rend logiquement ces opérations moins chères, il y a encore 10 ans tous les implants étaient importés et devaient suivre une procédure très minutieuse afin de ne pas endommager le patient et pour cette raison le prix était beaucoup plus élevé que maintenant.

L’apparition de nouvelles substances a considérablement aidé au développement de l’activité, comme en 1959 la découverte d’une substance inerte dans le corps, le polydiméthyl-siloxane (résines de silicone), avec laquelle il a été possible de placer des implants à l’intérieur du corps sans avoir de réaction négative.

Le problème, à l’époque, était qu’il y avait un isomère de cette substance qui a un usage industriel et qu’il y avait un risque de confusion et d’erreurs avec des conséquences graves, donc l’Association nationale des chirurgiens plasticiens a décidé de laisser la substance être vendue à tout le monde pour éviter les accidents ou les abus. Actuellement, on a trouvé de meilleures substances, avec une meilleure capacité de réception dans le corps et avec lesquelles on a pu faire les merveilles que nous voyons aujourd’hui.

Le spécialiste a expliqué qu’un chirurgien plasticien doit suivre une carrière en médecine générale, faire une spécialisation en chirurgie puis une autre en chirurgie plastique, l’ensemble du processus prenant 10 ans.

Histoire de la chirurgie plastique

Un spécialiste a assuré que l’histoire de cette spécialité se divise en quatre étapes fondamentales : la première est celle des premières tentatives de reconstruction de parties mutilées du corps dans la région de l’Inde, vers l’an 4000 avant J.-C., où il était de coutume que, lors des guerres, les vaincus coupent des parties des oreilles ou du nez du vaincu. Simultanément, en Chine, des pratiques similaires ont été mises en œuvre avec de très mauvais résultats.

La deuxième étape a eu lieu en Égypte, où l’on a commencé à utiliser la chirurgie pour l’embellissement, c’est le début de la chirurgie plastique esthétique, pas seulement reconstructive. On a découvert que les Égyptiens modifiaient leur nez, plaçaient une prothèse sur le dorsum nasal, fixaient leurs oreilles, leurs lèvres, leurs paupières et leur menton.

On pense que ces pratiques étaient clandestines ou cachées, car les Égyptiens, qui étaient si méticuleux dans la description de leur civilisation, n’ont laissé aucun document sur ces pratiques.

La troisième étape est celle qui inaugure formellement la chirurgie esthétique, dans cette étape les grands médecins apparaissent en Grèce : Galien et Celse laissent un énorme héritage, on peut dire que ce sont les Grecs qui ont implanté l’école de médecine.

Ils font certaines choses concernant le nez et l’oreille ; ils essaient de commencer le traitement des malformations congénitales, mais ils n’ont pas un grand succès en raison de deux causes fondamentales : le manque d’asepsie et le manque d’étude formelle des tissus, conditions qui sont maintenues pendant presque un millénaire et demi.

La dernière étape commence en 1500, lorsque Gaspare Tagliacozzi, chirurgien italien qui a fait des reconstructions et a réalisé de grandes avancées en chirurgie, mais ils étaient des efforts isolés parce que l’église à l’époque n’a pas permis la pratique de la médecine, parce que c’était un péché de pénétrer dans le corps humain, même Servetus a été brûlé vif pour ses études de l’anatomie.

En 1860, le médecin français Jaques Louis Reverdin a présenté les premières greffes de peau réussies à l’Académie française de chirurgie, et en Allemagne Fedor Krause a fait quelque chose de similaire.

La création du microscope a permis une étude plus spécialisée de la peau et une meilleure planification des interventions chirurgicales, mais ce qui fait gagner en force la chirurgie plastique est la première guerre mondiale, dans laquelle il y a eu des mutilations très graves, alors il est prévu comment reconstruire ces pertes et en Angleterre et en France la chirurgie plastique a un essor important, en Angleterre le médecin Harold Gillies devient célèbre, considéré comme le pionnier de la chirurgie plastique moderne pour ses grandes avancées dans la reconstruction.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les brûlures étaient les blessures les plus récurrentes et les chirurgiens plasticiens ont dû chercher des solutions pour ces blessures.

Pour reconstruire tous les blessés laissés par la guerre, une quantité énorme de personnes ont été formées et c’est après la fin de la guerre que ces chirurgiens se consacrent principalement à l’esthétique.

Chirurgie plastique moderne

L’histoire moderne de la chirurgie plastique a réellement commencé à prendre forme dans les années 1960 et 1970. Les chirurgiens plasticiens se hissent au premier rang de l’establishment médical, notamment un chirurgien plasticien qui a été nommé chirurgien général en 1969 et un autre qui a remporté un prix Nobel.

De nombreuses avancées scientifiques importantes ont également eu lieu à cette époque. La silicone était une substance nouvellement créée qui gagnait en popularité en tant qu’élément de base de certaines procédures de chirurgie plastique. À l’origine, il était utilisé pour traiter les imperfections de la peau. Puis, en 1962, le Dr Thomas Cronin a créé et dévoilé un nouvel implant mammaire en silicone. Au cours de la décennie suivante, les implants en silicone ont été développés pour être utilisés dans presque toutes les parties imaginables du visage et du corps.

Dans les années 1980, les chirurgiens plasticiens et les défenseurs de la chirurgie plastique ont déployé des efforts considérables pour sensibiliser le public et améliorer sa perception de la chirurgie plastique. Cette augmentation de la quantité et de la qualité des informations disponibles pour les consommateurs, associée au boom économique des années 1980, a commencé à rendre la chirurgie plastique plus accessible aux États-Unis.

La croissance s’est poursuivie tout au long des années 1990, malgré les problèmes causés par la réforme des soins de santé, qui a entraîné une forte diminution du remboursement des compagnies d’assurance pour les travaux de reconstruction. De nombreux chirurgiens ont été contraints de se concentrer davantage sur la chirurgie esthétique pour rester en exercice, et certains ont décidé de renoncer complètement à la chirurgie reconstructive.

Étonnamment, la controverse croissante sur les implants mammaires en silicone n’a pas semblé dissuader un nombre croissant de patientes de recourir à des procédures esthétiques. Puis, en 1998, le président Bill Clinton a signé une loi comportant une disposition obligeant les compagnies d’assurance à couvrir le coût de la chirurgie de reconstruction mammaire post-mastectomie.

La chirurgie plastique aujourd’hui

Dans les années 2000, la chirurgie esthétique a connu une explosion de popularité et les progrès de la médecine ont rendu possibles des exploits de reconstruction qui n’étaient autrefois qu’un rêve de ce qui pourrait être un jour. À l’ère de la communication rapide, l’internet et la télévision sont entrés en jeu, et nous pouvons désormais voir presque tous les types d’interventions de chirurgie plastique depuis le confort de notre foyer.

Actuellement, la plus grande tendance en chirurgie plastique est un mouvement vers des procédures moins invasives conçues pour éviter les signes visibles du vieillissement. En fait, les procédures les plus populaires actuellement impliquent l’utilisation de substances injectables, telles que les produits de comblement des rides du visage et, surtout, le Botox.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code