Comment savoir si vous êtes prête pour une augmentation mammaire ?

Décider de subir une augmentation mammaire n’est pas vraiment facile. Il y a beaucoup de variables à prendre en compte. Et même une fois que vous avez pris cette décision de subir une intervention chirurgicale, vous pourriez être confronté à un autre dilemme : quand programmer.
Comment savoir si vous êtes prête pour une augmentation mammaire ?

Comment savoir quand franchir le pas et subir l’intervention ?

Pour certaines patientes, c’est instantané. Une fois qu’elles se sont engagées à vouloir une augmentation mammaire, elles programment simplement l’intervention dès que possible. Mais cela ne convient pas à toutes les patientes pour un certain nombre de raisons.
Il existe un grand nombre de raisons pour lesquelles vous pourriez vouloir attendre le moment optimal pour subir une augmentation mammaire. Ces raisons peuvent être d’ordre pratique, liées à la programmation ou à votre état de préparation émotionnel et mental. Il n’y a pas de “mauvais” moment pour subir une augmentation mammaire, car il y a des avantages et des inconvénients à subir cette intervention à un âge plus ou moins avancé.

Facteurs émotionnels et mentaux

Pour toute opération de chirurgie plastique, des facteurs émotionnels et mentaux doivent être pris en compte dans l’établissement de votre planning. En effet, en général, les patients modifient leur corps pour des raisons émotionnelles. En d’autres termes, ils veulent que leur corps soit plus proche de ce qu’ils appellent leur “moi réel”. Il est logique que cela demande un certain investissement émotionnel.
Il se peut donc que certains facteurs émotionnels et mentaux vous fassent hésiter avant votre procédure d’augmentation mammaire. Vous pouvez vous demander si c’est vraiment ce que vous voulez ou si vous êtes vraiment prête pour cette transformation. C’est naturel, et il faut s’y attendre dans une certaine mesure.
Il existe de nombreux chirurgiens plasticiens qui reconnaissent les transformations émotionnelles et mentales qu’implique la chirurgie plastique, ainsi que les transformations physiques. Parler de ces facteurs émotionnels et mentaux avec un thérapeute qualifié peut vous aider à vous assurer que vous allez dans la bonne direction et que vous êtes prêt à faire cette transformation.

Facteurs physiques

Il convient de préciser que les facteurs émotionnels et physiques ne s’excluent pas toujours mutuellement. Par exemple, l’une des questions qui revient souvent chez les patientes est celle d’avoir des enfants. En théorie, l’augmentation mammaire n’entrave en rien votre capacité à devenir enceinte ou à avoir des enfants, mais il existe certaines complications auxquelles vous devez vous préparer :
Dans la plupart des cas, l’augmentation mammaire n’entrave pas votre capacité à fabriquer ou à tirer du lait. Cependant, dans certains cas rares, l’allaitement peut être compromis.
Cela dit, les résultats de votre augmentation mammaire peuvent être diminués si vous tombez enceinte après l’opération. Les seins ont tendance à changer naturellement et considérablement de taille pendant la grossesse. Cela peut compromettre les résultats de votre augmentation mammaire.
La grossesse n’est, bien entendu, pas entièrement prévisible. Cependant, certaines patientes choisiront de se faire retirer les implants si elles prévoient une grossesse.
Il existe d’autres considérations physiques que la grossesse. Par exemple, si une patiente prévoit de perdre une quantité importante de poids, le chirurgien peut recommander de reporter l’intervention d’augmentation mammaire jusqu’à ce que le poids de la patiente soit plus stable.

Facteurs liés au calendrier

La dernière série de facteurs que nous allons examiner aujourd’hui sont les facteurs liés au calendrier. Il existe deux obstacles spécifiques que vous devrez peut-être surmonter pour trouver le moment idéal pour subir une augmentation mammaire :

L’emploi du temps du chirurgien :

Les excellents chirurgiens plasticiens ont tendance à être très occupés. Il se peut donc que vous deviez attendre quelques mois pour qu’ils puissent vous insérer dans leur programme d’opérations. En général, ce genre de situation n’est pas inattendu et est bien pris en compte, mais il est toujours bon de le savoir avant de commencer.

Votre calendrier de rétablissement :

Vous aurez besoin d’aide pendant quelques jours après votre opération. Ce n’est pas si inhabituel pour toute intervention de chirurgie plastique. L’astuce est que vous devez vous y préparer. En fait, vous aurez besoin d’une fenêtre dans votre emploi du temps où vous pourrez rester à la maison et faire des “travaux légers” pendant au moins quelques semaines.

Aller de l’avant

Une fois que vous avez décidé d’aller de l’avant avec votre augmentation mammaire, les choses peuvent sembler aller assez vite. Mais il est tout à fait possible de ralentir le processus à tout moment et de faire le point avec vous-même. (Ou avec d’autres personnes.) Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il n’y a pas de rythme “correct” ou universel pour mener à bien votre procédure d’augmentation mammaire.

Comment savoir si vous êtes prête pour une augmentation mammaire ?

Eh bien, il existe plusieurs façons de le vérifier.
L’important est que vous vous sentiez prête. Parce que tout dépend de vous, quand tout est dit et fait. Et c’est parce que, en fin de compte, tout est pour vous. Voir https://www.aesthetics-ge.ch/fr/traitements/chirurgie-des-seins/augmentation-mammaire/ pour en savoir plus !

La chirurgie est généralement le premier choix pour le cancer du sein. Il existe trois principaux types de chirurgie du cancer du sein : la tumorectomie, qui consiste à retirer uniquement la tumeur cancéreuse, une partie des tissus qui l’entourent et éventuellement certains ganglions lymphatiques ; la mastectomie, qui consiste à retirer tout le sein et généralement certains ganglions lymphatiques ; et l’ablation des ganglions lymphatiques, qui peut être effectuée en même temps que la mastectomie ou la tumorectomie, pendant une biopsie, ou avant ou après les autres types de chirurgie. Il existe deux types d’ablation des ganglions lymphatiques : l’ablation axillaire, qui consiste généralement à retirer cinq à trente ganglions, et l’ablation du ganglion sentinelle, qui consiste à retirer un ou deux des ganglions les plus proches du cancer.

Si vous avez une routine d’exercice, continuez-la jusqu’au moment de l’opération. Si vous le souhaitez, vous pouvez parler avant l’opération avec un kinésithérapeute et un entraîneur personnel certifié qui ont de l’expérience avec les survivants du cancer du sein pour leur demander comment reprendre votre routine une fois que votre médecin l’aura approuvée. Les experts qui guident vos exercices doivent être formés pour repérer les signes et les symptômes du lymphoedème. Vous serez probablement en mesure de faire la plupart des exercices que vous faisiez avant l’opération, mais à une intensité moindre.

Combien de temps après l’opération pouvez-vous faire de l’exercice ?

Prévoyez suffisamment de temps après l’opération pour la cicatrisation. Le médecin ou le personnel infirmier vous indiquera des exercices de kinésithérapie de base que vous pourrez commencer dès le lendemain de l’opération, afin de maintenir la mobilité du bras et de la partie supérieure du corps pendant la cicatrisation de la plaie.

Quant aux routines que vous faisiez avant l’opération, vous ne devez pas faire certains exercices tant que les drains et les points de suture n’ont pas été retirés. Il peut s’écouler huit semaines ou plus avant que vous puissiez faire ce type d’exercices, surtout si vous avez subi une mastectomie et que de nombreux ganglions ont été retirés. De nombreux nerfs parcourent votre poitrine et la zone des aisselles et peuvent être affectés par une opération du cancer du sein. Par conséquent, vous pouvez avoir l’impression que vos muscles sont plus faibles qu’avant l’opération.

Si vous ressentez une fatigue excessive, une anémie (faible nombre de globules rouges) ou un manque de coordination musculaire (ataxie), ne faites pas d’exercice. Il est également conseillé d’arrêter les exercices d’aérobic si votre taux de plaquettes (petits composants sanguins qui contribuent au processus de coagulation) est inférieur à 50 000 par microlitre de sang ou lorsque votre taux de globules blancs est inférieur à 3 500 par microlitre de sang.

Veillez à obtenir l’accord de votre chirurgien ou de votre médecin avant de commencer. Parlez à votre médecin des exercices que vous voulez faire et demandez-lui si vous avez des restrictions. Vous pouvez également consulter un kinésithérapeute formé au diagnostic et au traitement du lymphoedème pour une évaluation structurelle avant de commencer à faire de l’exercice (si vous n’en avez pas vu un après votre chirurgie). En plus de vous examiner pour le lymphoedème, le kinésithérapeute peut rechercher d’autres problèmes qui ne sont pas liés au cancer du sein mais qui pourraient limiter votre capacité à faire de l’exercice. Découvrez comment trouver un thérapeute spécialisé dans le lymphoedème.

Les exercices qui améliorent la mobilité de l’épaule et du bras peuvent généralement être commencés quelques jours après l’opération. Vous pourrez ensuite faire des exercices pour améliorer la force des épaules.

Pendant les trois à sept premiers jours après l’opération, on recommande :

Utilisez le bras du côté de l’opération comme vous le faites normalement pour vous baigner, vous coiffer, vous habiller et manger.

S’allonger et lever le bras du côté de l’opération au-dessus du niveau du cœur pendant 45 minutes, deux ou trois fois par jour. Pour ce faire, placez votre bras sur des oreillers de manière à ce que votre main soit plus haute que votre poignet et que votre coude soit juste plus haut que votre épaule. Cela peut aider à calmer les gonflements que vous avez après l’opération.

Exercez votre bras du côté de l’opération lorsqu’il est élevé au-dessus du niveau du cœur : ouvrez et fermez votre main 15 à 20 fois. Puis fléchissez et redressez votre coude. Faites-le trois à quatre fois par jour. Cela permet de calmer le gonflement en pompant le liquide lymphatique hors du bras.

Pratiquez la respiration profonde en utilisant le diaphragme (muscle situé sous le nombril) au moins six fois par jour. Allongez-vous sur le dos et inspirez lentement. Continuez à inspirer lentement autant d’air que possible en essayant d’élargir votre diaphragme (poussez votre nombril loin de votre colonne vertébrale). Quand vous ne pouvez plus inspirer d’air, détendez-vous et expirez tout. Faites cela quatre à cinq fois. La respiration profonde permet de maintenir un mouvement normal de la poitrine, ce qui facilite le travail des poumons.

De nombreux kinésithérapeutes recommandent aux femmes qui ont été opérées d’un cancer du sein de faire des exercices d’étirement quotidiens afin de prévenir l’accumulation de tissu cicatriciel, qui peut limiter l’amplitude des mouvements de l’épaule.

Une fois que votre médecin aura donné son accord, vous pourrez envisager de vous mettre à la marche. La marche est un exercice cardiovasculaire simple qui fait bouger tout le corps. Quel que soit l’exercice que vous faites, commencez par une intensité faible et augmentez-la très progressivement.

Attention : si vous êtes essoufflé ou si vous ressentez une douleur ou une oppression thoracique, arrêtez immédiatement de faire de l’exercice. Dites à votre médecin ce qui vous est arrivé, afin que vous puissiez élaborer ensemble un plan de déplacement qui vous convienne.

Si vous ressentez des changements au niveau de votre bras, de votre main, de votre tronc, de votre poitrine ou de votre épaule, comme un gonflement, arrêtez de faire des exercices sur la partie supérieure de votre corps et consultez votre médecin ou un spécialiste du lymphoedème. Si l’on vous a diagnostiqué un lymphoedème après une opération du cancer du sein, vous devez prendre certaines précautions avant de faire de l’exercice, comme porter des vêtements de compression élastique appropriés ou éventuellement des gants de protection. Vous trouverez de plus amples informations sur l’exercice et le lymphoedème dans la section consacrée au lymphoedème.

Si vous voulez faire des exercices de résistance après l’opération, il est préférable de les faire avec un entraîneur certifié qui a l’expérience de la conception de plans d’exercices pour les survivants du cancer du sein. Commencez par des poids et une résistance très faibles, et augmentez-les très lentement.

Il est essentiel de se reposer après un exercice si l’on veut réaliser une bonne performance. Le repos pour le corps est un processus de régénération ainsi qu’un processus d’adaptation pour être prêt pour la prochaine session d’entraînement. Lorsque nous sommes reposés, nous pouvons être plus performants et exiger davantage de notre corps. De nombreux athlètes le savent, mais se sentent quand même coupables de prendre les jours de repos auxquels ils ont droit et insistent pour continuer à s’entraîner. On a tendance à croire que plus on fait d’exercice, meilleurs sont les résultats, mais ce n’est pas toujours le cas. Faire de l’exercice six jours par semaine sans faire de pause aboutira à l’inverse de ce qui est prévu. Cela entraînera une fatigue musculaire et une lassitude, ce qui entraînera des blessures fréquentes.

Ce serait une grave erreur de penser qu’avec quatre jours d’entraînement, vous ne devriez pas avoir deux jours de repos. Selon un instructeur , soumettre notre corps à un effort plus important sans y être habitué, en plus de comporter un risque de blessure, peut conduire à l’échec dans le sport en raison du surmenage et de la fatigue inutile.

De la même manière qu’il serait erroné de croire que les personnes dont la routine est axée sur la perte de poids ne doivent pas faire de repos. Avec ce type de routines, il est également nécessaire de se reposer pendant l’activité, car son absence peut entraîner une augmentation de la résistance à l’insuline et que notre corps ne traite pas correctement les glucides. Si l’on considère que l’activité physique chez une personne obèse doit être de faible intensité, deux ou trois jours de repos pourraient être une bonne chose, et au fur et à mesure que l’on s’y habitue, on essaiera d’alléger un peu le repos.

Les personnes qui recherchent un travail d’hypertrophie, c’est-à-dire une augmentation de leur musculature, doivent reposer les petits muscles comme les biceps ou les triceps pendant quelques jours et les groupes de muscles plus importants, comme le dos ou la poitrine, jusqu’à deux jours et demi ou trois jours.

Il faut s’entraîner une fois par semaine pour chaque groupe de muscles. Lorsqu’un muscle est reposé, il est beaucoup plus performant lors de l’entraînement et vous pouvez exiger davantage de lui. Pour cette raison, il est nécessaire que la récupération soit complète afin d’obtenir les meilleurs résultats. De cette façon, le muscle s’adapte au dernier travail effectué en gagnant en force ou en volume et en se préparant au prochain niveau de demande.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code