la renaissance Européenne et le siècle des lumières

 

la rennaissance et le siècle des lumières

La Renaissance est une période de fervente renaissance culturelle, artistique, politique et économique européenne après le Moyen Âge. Généralement décrite comme se déroulant du 14e au 17e siècle, la Renaissance a favorisé la redécouverte de la philosophie, de la littérature et de l’art classiques. Certains des plus grands penseurs, auteurs, hommes d’État, scientifiques et artistes de l’histoire humaine ont prospéré à cette époque, tandis que l’exploration mondiale a ouvert de nouvelles terres et cultures au commerce européen. On attribue à la Renaissance le mérite d’avoir comblé le fossé entre le Moyen Âge et la civilisation moderne.

Elle a coïncidé avec un boom de l’exploration, du commerce, des mariages et des excursions diplomatiques… et même de la guerre. Comme pour les Grecs et les Romains de l’Antiquité (dont la Renaissance s’est tant inspirée), une armée conquérante pouvait apporter non seulement un changement de régime, mais aussi un remaniement culturel.

La Renaissance a changé le monde de toutes les façons imaginables. Elle a eu une sorte d’effet boule de neige : chaque nouvelle avancée intellectuelle ouvrait la voie à d’autres progrès.

Au XIVe siècle, l’Italie était un terrain fertile pour une révolution culturelle. La peste noire avait anéanti des millions de personnes en Europe – selon certaines estimations, elle aurait tué jusqu’à une personne sur trois entre 1346 et 1353.

Selon les lois économiques les plus simples, cela signifiait que ceux qui survivaient se retrouvaient avec une richesse proportionnellement plus importante : soit parce que moins de gens héritaient de plus de choses, soit simplement en raison de l’offre et de la demande – avec moins de travailleurs disponibles, les salaires augmentaient naturellement.

Au sommet de la société italienne se trouvait une nouvelle race de dirigeants, soucieux de démontrer leur richesse d’une manière qui les distingue. Des familles telles que les Médicis de Florence s’inspirent des civilisations romaine et grecque de l’Antiquité, tout comme les artistes qui comptent sur leur mécénat.

L’Italie était inondée de classiques perdus du monde antique, et des artistes tels que Léonard de Vinci, Botticelli, Michel-Ange, Raphaël et Donatello ont pris leurs contes, héros et dieux comme point de départ pour créer un art extraordinaire.

Mais l’art de la Renaissance ne se limite pas à être simplement beau. Il est le fruit d’une nouvelle discipline intellectuelle : la perspective est développée, la lumière et les ombres sont étudiées, l’anatomie humaine est scrutée à la loupe comme un médecin, à la recherche d’un nouveau réalisme et d’un désir de saisir la beauté du monde tel qu’il est réellement.

Si la Renaissance a permis de redécouvrir l’ambition intellectuelle des civilisations classiques, elle a également permis de repousser les limites de ce que nous savons – et de ce que nous pouvons réaliser.

Alors même que les artistes créaient un nouveau réalisme audacieux, les scientifiques étaient engagés dans une révolution qui leur était propre. Copernic et Galilée avaient développé une compréhension sans précédent de la place de notre planète dans le cosmos, prouvant que la Terre tournait autour du Soleil.

Des ténèbres à la lumière : La Renaissance commence

Au cours du Moyen Âge, une période qui s’est déroulée entre la chute de la Rome antique en 476 après J.-C. et le début du 14e siècle, les Européens ont fait peu de progrès dans le domaine des sciences et des arts.

Également connu sous le nom de “Âge des ténèbres”, cette époque est souvent qualifiée de période de guerre, d’ignorance, de famine et de pandémies telles que la peste noire.

Certains historiens pensent cependant que ces descriptions sombres du Moyen Âge ont été grandement exagérées, bien que beaucoup s’accordent à dire qu’à l’époque, les philosophies et les connaissances de la Grèce et de l’Empire romain étaient relativement peu prises en compte.

Humanisme

Au cours du XIVe siècle, un mouvement culturel appelé humanisme a commencé à prendre de l’ampleur en Italie. Parmi ses nombreux principes, l’humanisme défendait l’idée que l’homme était le centre de son propre univers et que les gens devaient embrasser les réalisations humaines dans l’éducation, les arts classiques, la littérature et la science.

En 1450, l’invention de l’imprimerie Gutenberg a permis d’améliorer la communication dans toute l’Europe et de diffuser plus rapidement les idées.

Grâce à ce progrès de la communication, des textes peu connus des premiers auteurs humanistes, tels que ceux de Francesco Pétrarque et de Giovanni Boccace, qui favorisaient le renouvellement de la culture et des valeurs traditionnelles grecques et romaines, ont été imprimés et distribués aux masses.

En outre, de nombreux chercheurs pensent que les progrès de la finance et du commerce international ont eu un impact sur la culture en Europe et ont préparé le terrain pour la Renaissance.

La famille Médicis

La Renaissance a commencé à Florence, en Italie, un lieu à l’histoire culturelle riche où les citoyens aisés pouvaient se permettre de soutenir des artistes en herbe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code