mai 19, 2022
11 11 11 AM
C’est quoi le Vampire lift ?
Injection acide hyaluronique pour le menton
Détatouage médecin à Lausanne
Pourquoi faire une augmentation mammaire ?
Injection acide hyaluronique pour les pommettes
injection botox pour muscle masseter
Faire de la cryolipolyse pour perdre ses bourrelets
Faire une Liposuccion à 50 ans
Comment choisir la taille de son augmentation mammaire ?
Quelles sont les principales opérations de chirurgie esthétique ?
Latest Post
C’est quoi le Vampire lift ? Injection acide hyaluronique pour le menton Détatouage médecin à Lausanne Pourquoi faire une augmentation mammaire ? Injection acide hyaluronique pour les pommettes injection botox pour muscle masseter Faire de la cryolipolyse pour perdre ses bourrelets Faire une Liposuccion à 50 ans Comment choisir la taille de son augmentation mammaire ? Quelles sont les principales opérations de chirurgie esthétique ?

Gale traitement naturel huiles essentielles

Étiologie

La gale est causée par l’acarien Sarcoptes scabiei variant hominis mite, un parasite humain obligatoire qui vit dans les tunnels et produit des sillons dans la couche cornée. Populairement connue sous le nom de gale, la gale est une parasitose humaine dont la contagion ne se produit qu’entre humains, par contact direct avec les personnes affectées, ainsi que par contact avec des vêtements et autres objets contaminés.

En ce sens, contrairement à ce que beaucoup pensent, le contact avec la source qui propagera la maladie doit être prolongé pour qu’il y ait contamination. Pour cette raison, il est très important d’enquêter sur l’implication possible de personnes-ressources à domicile dans le cas d’un patient ayant reçu un diagnostic de gale.
Sarcoptes scabei est l’acarien qui cause la gale humaine, dont la taille varie de 0,2 à 0,4 mm et qui a une forme ovoïde. De plus, il a quatre paires de pattes de forme conique et, à l’extrémité des deux premières paires de pattes, des ventouses sont vérifiées qui sont fixées aux appendices pédonculés.

La gale se développe environ 15 à 17 jours après l’infestation. Les acariens adultes perforent les galeries ou les tunnels de l’épiderme, principalement dans les régions interdigitales, les mains, les poignets, les coudes, les aisselles et l’aine, et la ponte est effectuée dans ces endroits par les femelles déjà copulées.

Comment la maladie est-elle établie ?

En ce qui concerne la fécondation de l’acarien, elle se produit à la surface de la peau et, peu après la mort du mâle, la femelle pénètre dans la peau humaine, creusant un tunnel pendant une période approximative de 30 jours, période qui est suivie par le dépôt des oeufs. À leur tour, lorsqu’ils éclosent, ces œufs libèrent les larves qui reviennent à la surface de la peau pour compléter leur cycle évolutif.

Dans ce contexte, la maladie provoquée par l’acarien résulte de la perforation de l’épiderme, des produits du métabolisme parasitaire déposés et de la présence d’œufs, ce qui génère une réaction inflammatoire qui peut s’accompagner d’éventuelles abrasions, de la présence de vésicules, de fortes démangeaisons et, dans certains cas, de lymphadénomégalie.

Il est très important de garder à l’esprit que Sarcoptes scabei est un acarien cosmopolite et ne se développe pas chez les autres mammifères. En général, quelques dizaines d’entre eux, lorsqu’ils sont présents chez l’homme, peuvent en générer environ un million en 2 à 3 mois. De plus, le traitement est essentiel pour la résolution de la condition, puisqu’il ne se produit jamais l’élimination complète des parasites sans traitement.

Comment la transmission se fait-elle ? Qui sont les personnes les plus vulnérables ?

La gale se transmet facilement d’une personne à l’autre par le contact physique ; cependant, la transmission par l’animal et par les fomites se produit probablement aussi. Le risque principal d’être affecté par la gale se produit surtout dans les conditions des agglomérations, comme par exemple dans les écoles, les abris, les campements et dans les propres résidences.

Pour des raisons inconnues, la variante en croûte de la gale, aussi appelée « gale norvégienne », est plus fréquente chez les patients immunodéprimés, et sa gravité est assez liée à l’état immunitaire du patient. Parmi ces individus les plus sensibles à la gale en croûte, il est possible de mentionner ceux qui sont infectés par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), qui présentent des tumeurs malignes hématologiques, et même les patients qui reçoivent une corticothérapie prolongée ou d’autres médicaments immunosuppresseurs.

Quels sont les signes et symptômes présentés ?

Le symptôme primaire présenté par les personnes atteintes de gale est, sans aucun doute, les démangeaisons intenses. C’est également la principale plainte présentée par les patients qui demandent de l’aide médicale. Bien que le moment de la journée où elle se manifeste ne soit pas spécifique pour diagnostiquer la maladie, les démangeaisons classiques de la gale s’aggravent la nuit.

Gale classique

Les gales habituelles surviennent généralement avec l’apparition de lésions dermatologiques sous forme de papules érythémateuses qui, dans la plupart des cas, se manifestent d’abord dans les espaces entre les doigts, les surfaces de flexion de l’avant-bras, les coudes, la région axillaire, la région de la taille ou la région inférieure du gluteus.

Ensuite, ces papules ont tendance à se propager à d’autres parties du corps, qui peuvent inclure la région des seins et du pénis. Bien qu’il soit assez fréquent chez les enfants, le visage n’est pas souvent affecté chez les adultes.

Une découverte pathognomonique de la maladie est la présence de tunnels, qui peuvent se manifester sous la forme de fines lignes sinueuses s’écaillant de millimètres à environ 1 cm de longueur. De plus, il peut être possible de voir une papule foncée discrète – qui représente l’acarien – à une extrémité.

Signes atypiques de gale

Il y a quelques signes atypiques qui peuvent également être présents dans les cas de gale. Chez les personnes à la peau foncée, par exemple, la gale peut se manifester sous forme de nodules granulomateux. Dans le groupe d’âge infantile, il est fréquent de voir des lésions dans les paumes, les plantes, le visage et le cuir chevelu, en particulier dans les plis postérieurs des oreilles.

D’autre part, chez les personnes âgées, on observe une tendance à un prurit intense avec peu de lésions cutanées, ce qui peut représenter un défi pour le diagnostic. Chez les patients immunodéprimés, il peut y avoir une desquamation généralisée et non pauvre, en particulier sur les paumes des mains et les plantes chez les adultes et sur le cuir chevelu chez les enfants.
Gale non classique

Parmi les formes non classiques de gale, on peut citer, par exemple, la gale en croûte, la gale nodulaire et la gale incognito.
Gale en croûte

La gale norvégienne est une forme grave et plus contagieuse de la gale, qui est due à des changements dans la réponse immunitaire de l’hôte et souvent liée aux conditions d’immunosuppression, permettant la prolifération de millions d’acariens. Il est très important de comprendre que la gale en croûte est la forme la plus critique de la maladie, dans laquelle la prolifération des acariens est rapide et intense et que, dans ce cas, la transmission est encore plus probable, et peut se produire lors de contacts plus courts, y compris, par exemple, de simples poignées de main.
Autres formes de gale non classique

En retour, la gale nodulaire est plus fréquente chez les nouveau-nés et les enfants, et peut être due à une hypersensibilité des organismes. Les formes bulleuses, bien que moins fréquentes, sont parfois observées chez les enfants et chez les adultes peuvent simuler le penfigoïde bulleux, ce qui peut entraîner un retard dans le diagnostic. Dans le cuir chevelu, il ressemble à la dermatite séborrhéique chez les enfants et chez les hôtes immunodéprimés.
Comment le diagnostic est-il établi ?
Évaluation clinique

Le diagnostic de la gale est suspecté par les résultats cliniques, avec la visualisation des lésions dermatologiques caractéristiques, en particulier la présence de tunnels, qui peuvent être associés à des zones d’abrasions à la suite de l’acte de gratter la peau en raison d’un prurit intense. De plus, les antécédents épidémiologiques de contact à domicile avec des plaintes de prurit intense sont extrêmement évocateurs de la gale, en raison de la contagiosité élevée de la maladie.

En ce sens, dans la plupart des cas, la demande d’examens complémentaires n’est pas nécessaire, bien que le diagnostic puisse être confirmé par la découverte d’acariens, d’œufs et de matières fécales lors de l’examen microscopique des tunnels raclés (par exemple, les patients âgés ou déjà traités aux corticoïdes peuvent être difficiles à diagnostiquer et il peut être nécessaire dans ces cas de procéder à l’examen des tunnels).
Décapage de tunnels

Souvent inutiles en pratique, puisque les résultats cliniques de la gale sont généralement suffisants pour établir un diagnostic et instaurer un traitement, ces éraflures sont obtenues en plaçant du glycérol, de l’huile minérale ou de l’huile d’immersion sur le tunnel ou la papule afin d’empêcher la dispersion des acariens et des matériaux pendant le grattage et en enlevant le toit avec le bord de la lame du scalpel. Le matériau est ensuite placé sur une lame microscopique et recouvert d’une lamelle.
Quelles sont les options de traitement et les recommandations ?

Le traitement indiqué contre la gale se fait par voie topique ou orale, la perméthrine étant le médicament de choix.
Pour les enfants plus âgés et les adultes

Pour les enfants plus âgés et les adultes, la perméthrine ou le lindane peuvent être appliqués sur tout le corps, du cou vers le bas, en les retirant avec de l’eau après la période recommandée (en général entre 8 et 14 heures) et idéalement en répétant le traitement en 7 jours.
Chez les nouveau-nés et les jeunes enfants

Chez les nouveau-nés et les jeunes enfants, la perméthrine est appliquée sur la tête et le cou, en évitant les régions périorbitaires et périorbitaires. Une attention particulière est recommandée dans les zones intertrigineuses, les ongles, les griffes et le nombril. Il est important de garder à l’esprit que le lindane n’est pas recommandé chez les enfants de moins de 2 ans et chez les patients atteints de troubles épileptiques, en raison de son effet neurotoxique potentiel.

L’ivermectine est indiquée pour les patients qui ne répondent pas au traitement topique, qui ne respectent pas les directives locales (ou lorsqu’il n’y a aucune garantie que le patient se conformera aux recommandations et demandera à nouveau de l’aide médicale s’il n’y a aucune amélioration) ou qui sont immunodéprimés, avec la gale. Il a été utilisé avec succès dans les épidémies où il y a un contact étroit, comme dans les maisons de retraite.

Il est extrêmement important que les contacteurs soient également traités et que les effets personnels – y compris les serviettes, la literie, les vêtements – soient lavés ou isolés pendant au moins 3 jours. Des médicaments peuvent également être prescrits pour le soulagement des démangeaisons, en particulier chez les patients qui se plaignent de démangeaisons intenses et qui ont recours au grattage des lésions, ce qui peut même provoquer des zones d’excoriation intense.
La disparition des signes et symptômes

Dans la plupart des cas, la personne atteinte cesse d’être contagieuse dans les 24 heures et ses principaux symptômes devraient s’améliorer sensiblement dans les deux jours. Cependant, en général, les signes et symptômes caractéristiques de la gale peuvent prendre environ 3 semaines pour disparaître complètement.
Que faire si le traitement est inefficace ? Dans quelles situations cela se produit-il ?

En général, le traitement de la gale, lorsqu’il est bien fait et associé à des mesures de contrôle environnemental, est très efficace et donne d’excellents résultats. D’autre part, un traitement inefficace peut survenir en raison d’une résistance, d’une faible pénétration, d’un traitement incomplet ou même d’une réinfection (ce qui arrive souvent lorsque le contrôle environnemental et les contacteurs ne sont pas contrôlés adéquatement). En outre, il peut y avoir des problèmes dans la résolution de la condition dans le cas de gale nodulaire qui sont difficiles à reconnaître.
Comment faire de la prévention ?

La prévention consiste essentiellement à éviter le contact avec les personnes, avec des vêtements et des serviettes contaminés. Une fois qu’un individu est diagnostiqué avec la gale, les personnes vivant dans le même ménage devraient faire laver leurs vêtements personnels, ainsi que leur literie et leurs serviettes dans l’eau chaude. Après le lavage, ces articles doivent être séchés dans un séchoir chaud ou bien repassés afin de tuer tous les acariens et les œufs éventuellement présents dans ces ustensiles.
Et si les vêtements ne peuvent pas être lavés ?

Dans ce cas, les vêtements qui ne supportent pas le lavage conventionnel devraient être scellés et entreposés pendant environ une semaine, car les acariens en question meurent en un à quatre jours, s’ils ne sont pas en contact avec la peau humaine. En outre, il est extrêmement important de souligner qu’une fois qu’un patient atteint de gale a été détecté, tous ceux qui ont un contact direct avec lui, en particulier les contacteurs à domicile, devraient idéalement être traités. Après tout, la chaîne de transmission de la parasitose ne peut être brisée qu’avec le traitement de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code