La blépharosplastie : traditionnelle ou laser ?

 

blépharosplastie-chirurgie-plastique

 

La numérotation

L’étape suivante consiste à marquer le patient. Un autre avantage de cette technique anesthésique est qu’elle ne déforme pas les tissus après l’injection. Dans certains cas, il est nécessaire de marquer avant l’injection car une certaine distorsion se produit, malgré la technique. Pour marquer, j’utilise un compas, pour donner une symétrie maximale. Un aspect important est que, pour assurer la symétrie, je mesure le tissu que je vais laisser et non celui que je vais enlever. Bien qu’on m’ait appris à mesurer le tissu qui va être enlevé, je considère que ce qui est vraiment essentiel pour la symétrie est le tissu qui va être laissé et non celui qui est enlevé.

Ensuite, je place un point de traction. C’est ce qu’on appelle un assistant HMO. C’est une blague américaine parce que, à l’époque de la HMO, nous n’avons presque pas d’assistants dans le service, donc mon assistant est le point d’attraction. Avant de l’attacher, je tire sur la paupière et je mets la protection oculaire en métal.

 

Utilisation du laser

Maintenant, je commence à utiliser le laser. Je place une compresse humide vers le nez pour éviter que la peau ne soit blessée par l’énergie. Il dissèque dans un plan préorbiculaire et préseptal, en soulevant la peau de l’orbiculaire. Le faisceau est parallèle à la cloison nasale, protégeant la zone nasale avec la compresse humide ou la plaque palpébrale. Si l’hémostase est nécessaire en raison d’un saignement, le faisceau lumineux doit être défocalisé pour assurer la fonction de cautérisation, ou il faut utiliser une cautérisation monopolaire séparée. En général, cette dissection cutanée orbiculaire saigne très peu et le réseau vasculaire peut être visualisé assez bien sans aucune lésion.

Le septum orbital est alors ouvert, ce qui permet d’enlever la graisse. Le septum peut être ouvert soit sur tout l’axe horizontal de la paupière, soit dans la zone contenant les coussinets adipeux médians et centraux. Il y a deux coussinets adipeux dans la paupière supérieure : le coussinet médian, plus blanc, et le coussinet central, plus jaune. Ces coussinets adipeux peuvent être atteints par de très petites incisions, sans ouvrir la paupière.

Le laser peut également être utilisé pour la blépharoplastie transconjonctivale inférieure. C’est un moyen très direct d’atteindre les deux ou trois coussinets adipeux. Pour l’approche transconjonctivale, une incision au laser est pratiquée à travers la conjonctive et les rétracteurs des paupières inférieures, pénétrant immédiatement dans la zone orbitale où se trouvent les trois coussinets adipeux des paupières inférieures. Pour ce faire, nous utilisons un séparateur Demo pour rétracter la paupière inférieure et maintenir la plaque oculaire de protection, qui assure également une certaine pression postérieure. Cela permet de pousser la graisse dans le champ opératoire, ce qui se produit littéralement, lorsque la graisse se prolabe et permet de la retirer comme prévu. Habituellement, je ferme l’incision avec une simple suture résorbable.

Je conserve les tissus que j’ai retirés jusqu’à la fin de l’intervention, pour assurer une plus grande précision dans la symétrie, pour être sûr que la quantité de tissu retirée est égale ou non, selon la situation du patient. J’ai toujours une photo du patient en position debout dans le service, pour la comparer avec la position couchée sur la table d’opération. Cela permet une meilleure évaluation, puisque le prolapsus graisseux peut disparaître avec la position couchée et faire varier la symétrie palpébrale.

 

Soins post-opératoires

C’est très important. Nous envoyons la plupart des patients à la maison préimmunisés par un tube de pommade corticostéroïde et d’antibiotiques, à appliquer la nuit autour de la plaie. Je recommande également d’utiliser des sacs de glace ou des packs de gel, qui sont très bons car ils sont légers et s’adaptent à la forme du tissu périorbitaire. Il est indiqué de dormir avec la tête du lit surélevée et d’éviter les activités fatigantes pendant une semaine. Les points de suture seront retirés dans une semaine. Tous les patients sont autorisés à conduire et à exercer leurs activités normales le jour suivant, à l’exception de certains cas de levages très difficiles ou de patients sportifs qui aiment faire beaucoup d’exercice physique, à qui l’on dit d’attendre une semaine avant de reprendre leur activité.

 

Dans le même temps chirurgical de la blépharoplastie au laser, il est possible, selon le patient, d’effectuer un resurfaçage périoculaire. Le moment idéal pour le faire est la blépharoplastie inférieure, surtout si elle est transconjonctivale. La blépharoplastie est pratiquée sur toute l’épaisseur, tandis que le resurfaçage concerne la peau antérieure ou la surface lamellaire. Il s’agit d’une chirurgie des rides. Nous savons qu’il est impossible de corriger les rides avec une blépharoplastie. Si vous essayez de supprimer les rides lors d’une blépharoplastie en enlevant l’excès de peau, vous obtiendrez une rétraction palpébrale.

 

Le resurfaçage au laser ne convient pas à tous les patients. Le patient idéal, en termes de type de peau, correspond aux trois premiers types, ceux qui ont un iris clair, une peau claire et des cheveux clairs, dont la peau ne bronze jamais au soleil ou bronze lentement et modérément. Chez les individus du Moyen-Orient et d’Afrique-Amérique, à la peau plus foncée, le laser n’est pas une bonne indication, car ils présentent un risque élevé d’hyperpigmentation. En général, les peaux méditerranéennes des types quatre, cinq et six sont très épaisses et ne réagissent pas très bien aux lasers. La bonne nouvelle, c’est que ces types de peau ne développent presque pas de rides et n’ont donc pas besoin d’une grande partie de la procédure.

 

Complications

 

Le resurfaçage, comme toute technique, outre qu’il exige l’expérience nécessaire dans l’utilisation de la technologie, doit être utilisé non seulement avec sagesse mais aussi avec prudence. J’ai constaté certaines complications dues à des resurfaçages trop agressifs pratiqués sans aucune précaution par des médecins non spécialistes. Les complications sont rares, mais elles existent.

 

Les complications de la blépharoplastie au laser sont généralement les mêmes que celles de tout autre type de blépharoplastie. L’incidence des complications est faible, moins de 1 %. L’hémorragie orbitale, qui est rare, est la plus grave. Il semble que nous, les chirurgiens, ayons tendance à penser qu’il n’y a pas de gros vaisseaux en orbite, ce qui n’est pas vrai. C’est étonnant le calibre des vaisseaux que j’ai parfois rencontrés.

Il peut y avoir des œdèmes, des inflammations, des ecchymoses, de l’ectropion et des ptoses. Il existe des publications sur la perforation de la cornée par la chirurgie au laser.

La fréquence plus élevée de la déhiscence des sutures est importante. Il faut se rappeler que, dans la chirurgie au laser, il faut de trois à six semaines pour que la plaie atteigne la même résistance à la traction qu’une blessure au scalpel par semaine.

Comportements négatifs

Pour réussir ce type d’opération, il ne faut jamais oublier la liste des comportements négatifs de la blépharoplastie.

Ce que vous ne devriez jamais faire :

Ne pas expliquer correctement au patient les risques de la chirurgie. La communication avant l’opération est fondamentale. Non seulement vous devez vous assurer que tous les risques potentiels ont été expliqués très clairement, mais vous devez également analyser si les attentes du patient sont dans les limites de ce qui peut être raisonnablement atteint. Certaines personnes apportent des photos de Claudia Schiffer, Elizabeth Taylor et Gloria Estefan et exigent de ressembler à celles-ci après l’opération, alors qu’en fait elles n’ont pas la moindre ressemblance. Il est nécessaire de s’assurer que le patient a bien compris les possibilités réelles de l’opération.

Vous pouvez faire confiance à ces différents site web pour en savoir plus : https://www.doctissimo.fr, https://www.crpce.com, https://sante.journaldesfemmes.fr

Ne suspendez pas l’utilisation de l’aspirine et des AINS à l’avance, car ils prolongent le temps de saignement et augmentent l’ecchymose.
Violer les règles de sécurité dans l’utilisation des lasers dans le service. N’utilisez pas de vêtements ininflammables, ne coupez pas l’alimentation en oxygène, n’utilisez pas de protection contre les lasers, etc. L’utilisation incorrecte du laser, par exemple en coupant avec un faisceau non focalisé qui va libérer un excès d’énergie dans le tissu, produisant des brûlures et étendant la zone de thermonécrose, retardant ainsi la guérison. Si l’on est perdu dans la paupière, il faut s’arrêter et recentrer la position. Si l’ascenseur a été accidentellement coupé, il doit être réparé immédiatement, avant de continuer. Une hémostase correcte est également essentielle.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code