C’EST QUOI L’HEMATURE

hématurie

L’hématurie est la libération de sang pur ou mélangé à l’urine par l’urètre. L’hématurie peut être intense avec une perte de sang presque pure, avec des caillots, ou microscopique, que seul un examen de laboratoire peut montrer. Le sang peut être prélevé sous forme de globules rouges ou d’hémoglobine. En cas d’hémoglobinurie, l’urine est brun foncé à cause de la méthémoglobine et le sédiment est une tache brunâtre, où il est impossible de trouver des globules rouges sous un microscope.

Certains faits indiquent l’origine de l’hématurie, mais ce n’est pas toujours facile. Si l’hématurie est le début de la miction, elle provient probablement de l’urètre ou de la prostate, si elle se situe à l’extrémité de la vessie et si elle est totale, de l’uretère ou du rein. Son expression sémiologique a été appelée le “test des 3 vaisseaux”.

La présence d’éléments rénaux à l’examen microscopique, tels que des cellules du bassinet rénal ou des cylindres spéciaux, granuleux ou hématiques, peut rapprocher le diagnostic. Si l’urine est acide et présente une cristallurie importante, des calculs rénaux peuvent être envisagés. De petits morceaux de structure poilue d’aspect néoplasique sont typiques des carcinomes de la vessie et, parfois, peuvent être différenciés du papillome bénin.

L’albuminurie et la pyurie ne sont pas des arguments cohérents pour déterminer l’origine.

Si l’hématurie s’accompagne d’une douleur lombaire unilatérale, à l’angle formé par la dernière côte avec les muscles paravertébraux et rayonnant vers la région inguinale, de type colique, elle suggère une lithiase rénale en cours d’expulsion (seuls les calculs d’un diamètre inférieur à 6 mm peuvent être éliminés). La pollakiurie avec douleurs péniennes, après la miction, survient dans les maladies de la vessie, tandis qu’une douleur sacrée persistante est observée dans les processus malins de la prostate ou de la vessie.

L’hématurie peut également être causée par des affections adjacentes à n’importe quel niveau du système urinaire qui l’envahissent et en modifient la structure (cancer de l’utérus ou du vagin ou du rectum, pelvipéritonite, diverticulite perforée, salpingite aiguë, etc.)

CROISSANCE EXCENTRIQUE AVEC LOBE MOYEN

Dans la prostate, deux zones semblent être définies, l’une interne stimulée par les oestrogènes et l’autre externe modulée par les androgènes. Après 40 ans, l’hyperplasie nodulaire commence, où le tissu de collagène est entrecoupé d’acines glandulaires et progresse de deux manières possibles :
1) Rigide, nodulaire et fibreux, sans grand changement de taille
2) Les gros adénomes qui compriment l’urètre prostatique

CROISSANCE CONCENTRIQUE DES LOBES LATÉRAUX ET DU LOBE MÉDIAN

Le développement des lobes latéraux en forme subcervicale soulève l’anneau musculaire du col de la vessie, donnant naissance à ce qu’on appelle le lobe moyen.
Lorsqu’elles poussent latéralement, elles peuvent le faire de manière excentrique ou concentrique. Les adénomes compriment les fibres musculaires contre le tissu glandulaire résiduel formant la capsule chirurgicale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code