septembre 26, 2021
11 11 11 AM
Se refaire les fesses
Filler pour les lèvres du visage
Injection botox pour homme
Quelle différence entre rhinoplastie et rhinofiller ?
Histoire de la médecine esthétique
C’est quoi le Gummy Smile à Lausanne ?
Comment choisir un bon chirurgien esthétique ?
Liposuccion résultats après combien de temps ?
Hyperplasie adipeuse paradoxale à Genève, questions et réponses
Questions et réponses sur la chirurgie des paupières
Latest Post
Se refaire les fesses Filler pour les lèvres du visage Injection botox pour homme Quelle différence entre rhinoplastie et rhinofiller ? Histoire de la médecine esthétique C’est quoi le Gummy Smile à Lausanne ? Comment choisir un bon chirurgien esthétique ? Liposuccion résultats après combien de temps ? Hyperplasie adipeuse paradoxale à Genève, questions et réponses Questions et réponses sur la chirurgie des paupières

Questions sur les rhumatismes

Si vous êtes atteint de polyarthrite rhumatoïde (PR), vous consultez votre rhumatologue lors de rendez-vous réguliers. Ce sous-spécialiste en médecine interne est le membre le plus important de votre équipe de soins. Il vous fournit une analyse de votre état et de son évolution, ainsi que des informations sur les derniers traitements.

Questions que votre rhumatologue veut que vous lui posiez

Mais le suivi du dysfonctionnement auto-immun peut être une tâche difficile. Les symptômes tels que le gonflement et les articulations douloureuses vont et viennent, et de nouveaux problèmes apparaissent. Les traitements peuvent également cesser de fonctionner. Il y a beaucoup de choses à retenir, et vous pourriez oublier de poser des questions importantes pendant votre rendez-vous. Voici quelques éléments à garder à l’esprit que votre rhumatologue aimerait que vous lui posiez.

Le diagnostic initial

Le moment du diagnostic peut être source d’anxiété pour beaucoup, mais certains ressentent également un sentiment de soulagement à l’idée que la maladie a été identifiée et peut être traitée. Pendant que vous assimilez toutes ces nouvelles informations, il vous sera utile de commencer à tenir un journal de soins que vous apporterez à tous vos rendez-vous et que vous utiliserez pour suivre votre état à la maison. Lors de vos premiers rendez-vous de diagnostic, posez ces questions importantes à votre rhumatologue :

1. Quelles sont mes perspectives ?

Bien que la PR se comporte différemment chez tous les patients, il est important de comprendre certains points communs. La maladie est chronique, ce qui signifie qu’elle durera presque certainement toute votre vie. Cependant, chronique ne signifie pas implacable. La PR a des cycles et peut être en rémission. Les nouveaux traitements, tels que les antirhumatismaux modificateurs de la maladie (ARMM) et les médicaments biologiques, évitent aux patients des lésions articulaires durables et leur permettent de vivre pleinement leur vie. Demandez à votre médecin quelles sont vos perspectives et essayez de prendre note des bonnes nouvelles et des informations plus inquiétantes.

2. Est-ce une maladie héréditaire ?

Un rhumatologue souligne qu’il est important de tenir compte de l’impact de la PR sur votre famille. Si vous avez des enfants, vous pouvez vous demander s’ils peuvent développer une PR. Bien que l’héritabilité de la PR soit complexe, il semble que la probabilité de développer la PR soit plus grande si un membre de votre famille en est atteint.

3. Quand pourrai-je refaire de l’exercice ?

La fatigue, la douleur, l’insomnie et la dépression peuvent empêcher de faire de l’exercice régulièrement. Même une fois le diagnostic posé, vous pouvez avoir peur de faire de l’exercice en raison de l’impact sur vos articulations touchées. Pourtant, le mouvement est essentiel pour gérer et faire face à la PR. Une étude réalisée en 2011 a révélé que l’exercice avait des effets bénéfiques spécifiques sur la santé des personnes atteintes de PR. Demandez à votre médecin quand vous pourrez recommencer à bouger et quels exercices vous seront les plus bénéfiques. La natation ou l’aérobic aquatique sont particulièrement bénéfiques pour les personnes atteintes de PR.

4. Dans combien de temps mes médicaments seront-ils efficaces ?

Pendant les décennies qui ont précédé les années 1990, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et les corticostéroïdes étaient les principales solutions prescrites pour les personnes atteintes de PR. Ils procurent un soulagement relativement rapide de l’enflure et de la douleur et sont toujours utilisés. (La prescription d’analgésiques opiacés est en baisse en raison de leur taux élevé de dépendance. L’Administration a ordonné une réduction de leur taux de fabrication à partir de 2019). Cependant, deux traitements – les DMARD, dont le méthotrexate est le plus courant, et les produits biologiques – ont une approche différente. Ils ont un impact sur les voies cellulaires menant à l’inflammation. Ce sont d’excellents traitements pour de nombreuses personnes atteintes de PR, car l’arrêt de l’inflammation peut prévenir des dommages permanents aux articulations. Mais ils mettent plus de temps à agir. Demandez à votre médecin son expérience de l’utilisation de ces médicaments.

Diagnostic existant

Si vous gérez votre PR depuis un certain temps, vous avez probablement établi une routine pour vos rendez-vous chez le médecin. Vous arrivez, vous faites prendre vos constantes et une prise de sang, puis vous rencontrez votre médecin pour discuter de votre état et de tout nouveau développement. Voici quelques questions que vous pouvez envisager d’aborder :

5. Puis-je être enceinte ?

Environ 90 % des personnes atteintes de PR prendront un ARMM, le méthotrexate, à un moment donné. Ce médicament est généralement considéré comme sûr pour une utilisation régulière et ses effets secondaires sont gérables. Cependant, ce médicament incontournable de la PR est également un abortif, c’est-à-dire qu’il entraîne l’interruption de la grossesse. Vous devez toujours utiliser une méthode de contraception lorsque vous prenez du méthotrexate. Et vous devez toujours demander à votre médecin si vous envisagez une grossesse. “Nous devrions vraiment parler de la grossesse aux patientes sans qu’elles le demandent”, déclare un  chef du service de rhumatologie. Si vous êtes une femme atteinte de PR, vous pouvez avoir une grossesse en bonne santé (vous pourrez même profiter d’un répit dans les symptômes de la PR) et des bébés en bonne santé. Veillez simplement à consulter régulièrement votre rhumatologue.

6. Que faire si mes médicaments cessent d’agir ?

Les AINS et les corticostéroïdes aident les personnes atteintes de PR à contrôler la douleur et le gonflement, tandis que les DMARD ralentissent la progression de la maladie et peuvent sauver des articulations. Ces médicaments vous ont très probablement été prescrits peu après le diagnostic. Mais ils ne sont pas toujours efficaces. La nécessité de prendre des médicaments supplémentaires ou différents peut être temporaire. Par exemple, pendant une poussée, vous pourriez avoir besoin d’un soulagement supplémentaire temporaire de la douleur. Vous pouvez également avoir besoin de modifier ou d’ajouter des traitements au fil du temps. Parlez à votre rhumatologue tout au long de votre traitement pour comprendre comment savoir quand un traitement n’est plus efficace et comment planifier un changement de traitement si nécessaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code