octobre 24, 2021
11 11 11 AM
Soutien gorge après augmentation mammaire
Gainage après une augmentation mammaire
Comment se lever après une augmentation mammaire
Sport après augmentation mammaire
Conseils utiles pour la grossesse à Geneve
Se lancer ou pas dans la chirurgie esthétique ?
Les secrets de la mémoire
Les bénéfices du Yoga
C’est quoi un beau ventre ?
Comment en finir avec les Cernes ?
Latest Post
Soutien gorge après augmentation mammaire Gainage après une augmentation mammaire Comment se lever après une augmentation mammaire Sport après augmentation mammaire Conseils utiles pour la grossesse à Geneve Se lancer ou pas dans la chirurgie esthétique ? Les secrets de la mémoire Les bénéfices du Yoga C’est quoi un beau ventre ? Comment en finir avec les Cernes ?

Les secrets de la mémoire

J’aimerais vous proposer quelques réflexions sur un sujet qui me fascine depuis des années : le lien entre le mouvement et la mémoire.

Commençons par l’ancien dicton “Mens sana in corpore sano” (un esprit sain dans un corps sain), tiré des Satires de Juvénal (Satires, X, 356, premier siècle de notre ère). En fait, Juvénal a écrit : “Orandum est ut sit mens sana in corpore sano.” “Il faut prier pour qu’il y ait un esprit sain dans un corps sain”, souhaitant ainsi avoir à la fois un esprit sain et un corps sain.

Cette ancienne intuition de la relation entre la santé du corps et de l’esprit a maintenant trouvé de multiples démonstrations qui feront l’objet d’autres réflexions futures, mais revenons à la relation spécifique entre la mémoire et le mouvement en prenant un autre indice du passé…

L’une des plus grandes écoles philosophiques grecques, fondée par Aristote, l’école péripatéticienne, tire son nom du terme grec peripatetikòs, qui dérive de l’union de deux mots : perì (autour) et patèo (chemin). Aristote avait l’habitude de donner ses conférences en marchant dans le jardin de l’école, réalisant que la marche favorise le dynamisme de la pensée.

Ce concept, selon lequel l’activité physique aide la mémoire, a été récemment prouvé.

Une étude  suggère que l’exercice physique peut être bénéfique aux performances cérébrales. En effet, aller au gymnase quatre heures après avoir étudié semble avoir des effets positifs sur la mémoire et la sédimentation des souvenirs.

Pour vérifier cette hypothèse, des chercheurs, ont soumis 72 personnes à une séance d’exercice après leur avoir demandé d’effectuer un exercice de mémoire de 45 minutes basé sur l’association d’images de paysages et de monuments avec leurs lieux respectifs.

Les 72 personnes ont ensuite été réparties au hasard dans trois groupes différents : le premier groupe s’est entraîné immédiatement après avoir étudié les images, le deuxième groupe a été invité à s’entraîner quatre heures plus tard et le troisième groupe a reçu l’ordre de ne pas faire d’exercice du tout. L’entraînement consistait à passer 35 minutes sur un vélo d’appartement à une vitesse permettant de pousser le rythme cardiaque à 80 % de sa fréquence maximale.

Tous les participants ont ensuite été invités à revenir  48 heures plus tard pour essayer de se souvenir de l’association entre les images et les lieux et, entre-temps, ils ont subi une imagerie par résonance magnétique fonctionnelle du cerveau.

Les chercheurs ont observé que les personnes à qui l’on demandait de faire de l’exercice quatre heures après avoir étudié avaient plus de chances de retrouver leur mémoire. L’IRM a confirmé que leur cerveau était plus actif dans l’hippocampe, une zone du cerveau connue pour son rôle dans l’apprentissage et la mémorisation.

Il est possible que certaines substances comme la dopamine et la norépinéphrine puissent améliorer la consolidation de la mémoire. L’exercice est un moyen naturel d’augmenter leur production par l’organisme.

L’exercice physique effectué quatre heures après l’apprentissage améliore la rétention de la mémoire et augmente la similitude des motifs hippocampiques pendant.

Des recherches menées par l’University College London et publiées dans Current Biology en 2011 montrent que certains exercices cognitifs peuvent modifier la morphologie du cerveau, même à l’âge adulte. Pour obtenir une licence, un chauffeur de taxi londonien devait apprendre et se familiariser avec le plan des 18 000 rues de la ville grâce à une formation (unique au monde) d’environ trois ans.

En examinant les scanners d’imagerie par résonance magnétique (IRM) au début et à la fin de la formation des trois groupes, les chercheurs ont constaté qu’il existait des différences significatives entre la période pré- et post-formation dans la partie postérieure de l’hippocampe (plus grand volume de matière grise) des aspirants agents immobilier.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code