Comment lutter contre les allergies ?

 

medecine-allergie-lutter-contre

Le printemps est la période de l’année où les allergies sont les plus fréquentes, avec les troubles dermatologiques et respiratoires qui en découlent. Cependant, certains allergènes restent présents toute l’année. Le responsable de la nutrition et de la santé chez Nestlé, nous donne une série de clés nutritionnelles pour prévenir les réactions allergiques et atténuer leurs effets

Le système immunitaire a pour fonction de défendre l’organisme contre les attaques de corps étrangers, mais il peut souvent provoquer une réaction disproportionnée avec des effets indésirables. C’est ainsi que les allergies se produisent.

Les effets, dans la plupart des cas, sont inflammatoires, provoquant des conjonctivites, de l’urticaire, des dermatites ou même de l’asthme explique un spécialiste. Les plus fréquentes au printemps sont la rhinite allergique et l’asthme allergique.

Les pollens en sont la cause la plus fréquente, provoquant des problèmes respiratoires, de la toux, des mucosités, des larmes, de la congestion nasale et parfois de la fatigue. Les traitements habituels de l’allergie sont de trois types : médicaments, vaccins et mesures de protection.

Les médicaments les plus couramment utilisés sont les antihistaminiques, bien qu’ils aient souvent des effets secondaires quelque peu désagréables comme la somnolence ou la sécheresse de la bouche et des narines.

D’un point de vue nutritionnel, l’expert recommande de boire beaucoup d’eau pour réduire l’impact des allergies au pollen et favoriser l’élimination des mucosités, ainsi que de suivre un régime alimentaire riche en produits frais, à forte teneur en eau, tels que les fruits et légumes, qui fournissent de la vitamine C et contribuent au fonctionnement normal du système immunitaire.

Cependant, le plus important face à l’allergie printanière au pollen est d’essayer de l’éviter et de traiter les effets secondaires de la réaction du système immunitaire. Pour ce faire, il est important de se mettre entre les mains du médecin de famille et du spécialiste des allergies.

Les allergies en toutes saisons

Bien que les allergies au pollen soient en augmentation à cette époque de l’année, étant résiduelles en hiver et en automne, il existe un autre type d’allergie dont les conséquences se poursuivent tout au long de l’année : les allergies alimentaires. L’allergie aux médicaments, la dermatite, les piqûres d’insectes ou les aliments sont d’autres types d’allergies qui ne sont pas directement liées à la saison.

Selon l’Académie européenne d’allergie et d’immunologie clinique, entre 6 et 17 % de la population européenne souffre d’un type d’allergie alimentaire. Les symptômes les plus fréquents sont l’urticaire, le gonflement, les vomissements, l’asthme et même une image d’anaphylaxie, qui est une réaction allergique grave affectant tout le corps.

L’anaphylaxie touche particulièrement les enfants. De plus, la plupart des gens ne sont pas conscients que cette réaction peut même conduire à la mort”, prévient-elle.

allergie aux arachides

Les arachides sont responsables de 0,4% des allergies alimentaires/ARSHAD ARBAB
Actuellement, plus de 120 aliments provoquent des allergies alimentaires et, selon les données d’une revue systématique de plus de 60 études, les prévalences des allergies aux groupes alimentaires dans la population européenne sont d’environ 6 % pour le lait de vache, 3,6 % pour le blé, 2,5 % pour les œufs, 2,2 % pour le poisson, 1,3 % pour les crustacés, 1,3 % pour les noix et 0,4 %, plus précisément, pour les arachides.

Selon le nutritionniste, l’allergie au lait de vache et aux œufs est plus fréquente chez les jeunes et les enfants, tandis que chez les adultes et les personnes âgées, la réaction aux noix, au poisson et aux crustacés est plus fréquente. Si on nous a diagnostiqué une allergie, nous devons être très attentifs aux aliments qui peuvent provoquer une réaction selon le diagnostic, tant au moment de l’achat que lorsque nous mangeons dans n’importe quel service de restauration.

Et il conseille aux personnes diagnostiquées d’une allergie alimentaire de vérifier les aliments qu’elles consomment en regardant attentivement la liste des ingrédients sur les étiquettes. “La déclaration sur l’étiquette des ingrédients pouvant provoquer des allergies est obligatoire et tous les aliments, qu’ils soient ou non emballés, doivent indiquer la présence d’ingrédients ou de substances qui provoquent des allergies ou des intolérances.

De nombreux produits conditionnés, transformés ou ultra-transformés peuvent contenir parmi leurs ingrédients des noix, du soja, des protéines de lait, des dérivés du blé, etc. Toutefois, depuis décembre 2014, il est obligatoire de signaler la présence d’allergènes, tant dans les aliments emballés que dans les services de restauration.

allergie aux fruits de mer

Dans ces derniers cas, l’information doit être accessible aux clients au moyen d’indications, soit dans la lettre, soit par le personnel lui-même, qui doit avoir été préalablement formé”. La réglementation en matière d’étiquetage impose la déclaration obligatoire de quatorze allergènes, dont les céréales contenant du gluten, le poisson ou les fruits de mer, les œufs, le lait, les noix, le soja et d’autres moins courants comme le céleri, la moutarde, les sulfites et le sésame, entre autres.

Conseils pour éviter les réactions allergiques

Mangez des aliments frais à la maison, à l’exception de ceux qui provoquent des allergies, et prenez des mesures d’hygiène pour éviter une éventuelle contamination croisée.
Dans le cas de la consommation d’aliments emballés, il est très important de toujours lire les étiquettes. Les allergènes doivent être indiqués dans la liste des ingrédients.
En cas de doute sur la présence ou non d’un allergène dans l’aliment, il est préférable de ne pas le consommer.

Si un substitut est recherché pour l’aliment ou la substance à l’origine du problème, nous devons toujours nous assurer qu’il a des propriétés nutritionnelles similaires, c’est-à-dire que le poisson et les fruits de mer le remplacent par de la viande ou des œufs. Le soja pour une autre légumineuse. Lait de vache pour une boisson de soja ou de riz enrichie en calcium et sans sucre ajouté. Pain de blé pour galettes de maïs ou pain sans gluten, etc.

Si vous ne savez pas comment suivre une alimentation saine et exempte de l’allergène qui provoque l’allergie ou l’intolérance, il est très important de toujours consulter un diététicien-nutritionniste.
Dans la mesure du possible, nous devons conserver les aliments dans leur emballage d’origine et toujours penser aux allergènes cachés. On peut par exemple utiliser des cacahuètes et/ou des noix, qui peuvent servir, par exemple, de sauce au pesto. Les huiles brutes de noix, de soja et de sésame peuvent être utilisées pour les sauces et les assaisonnements. Les desserts peuvent contenir des noix. Les sauces, les épices ou les extraits de bouillon peuvent contenir du lait ou du gluten. Certains plats peuvent également être épaissis avec des amandes ou des farines contenant du gluten. Certains pains ou desserts peuvent contenir des graines de sésame. Des sulfites peuvent être présents dans certaines conserves. Les œufs peuvent être un ingrédient de certains fromages. Le soja peut être présent dans de nombreux aliments transformés d’origine tant végétale qu’animale, dans les viandes hachées par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code