L’avantage des micronutriments

micronutriments et bien-fait

Les informations sur la qualité des micronutriments des régimes amaigrissants alternatifs sont limitées, malgré l’importance qu’elles revêtent pour la santé publique. L’apport en micronutriments a été comparé entre des femmes en surpoids ou obèses réparties au hasard entre quatre régimes populaires qui variaient principalement dans la distribution des macronutriments”, indiquent les scientifiques dans le rapport.

Les données sur l’alimentation ont été recueillies auprès de femmes des groupes Atkins (n=73), Zone (n=73), LEARN (Lifestyle, Exercise, Attitudes, Relationships, Nutrition) (n=73) et Ornish (n=72) en utilisant des rappels inopinés de trois jours, 24 heures sur 24, au départ et après huit semaines d’enseignement. Les apports nutritionnels ont été comparés entre les groupes à huit semaines et au sein des groupes pour les changements de risque d’insuffisance de micronutriments sur huit semaines. À huit semaines, des différences significatives ont été observées entre les groupes pour tous les macronutriments et pour de nombreux micronutriments (p < 0,0001). L’apport énergétique a diminué par rapport au niveau de référence dans les quatre groupes, mais était similaire d’un groupe à l’autre. À huit semaines, une proportion significative d’individus est passée à des apports associés à un risque d’insuffisance (p < 0,05) dans le groupe Atkins pour la thiamine, l’acide folique, la vitamine C, le fer et le magnésium ; dans le groupe LEARN pour la vitamine E, la thiamine et le magnésium ; et dans le groupe Ornish pour les vitamines E et B-12 et le zinc. En revanche, pour le groupe Zone, le risque d’insuffisance a diminué de manière significative pour les vitamines A, E, K et C (p<0,05), et aucune augmentation significative du risque d’insuffisance n’a été observée pour les autres micronutriments. Les régimes amaigrissants axés sur la composition en macronutriments doivent tenir compte de la qualité globale de l’alimentation, y compris de l’adéquation des apports en micronutriments.

Les chercheurs ont conclu : “En ce qui concerne les régimes à teneur réduite en calories, il peut y avoir un avantage en termes de micronutriments pour les régimes fournissant des quantités modérément faibles de glucides et qui contiennent des aliments à forte densité nutritionnelle”.

Bien qu’une alimentation équilibrée soit l’un des meilleurs moyens pour chacun de se nourrir, la majorité des enfants ne tirent pas suffisamment de micronutriments des aliments qu’ils consomment. Une consommation insuffisante de fruits et légumes frais, associée à la consommation d’aliments hautement transformés, entraîne chez les enfants des carences chroniques en micronutriments essentiels qui nuisent à leur croissance et à leur santé, les rendant ainsi sujets à des maladies.

La malnutrition chez les enfants n’est pas un problème propre aux pays en développement. Dans leur quête d’une production alimentaire massive, les pays développés ont utilisé sans discernement des pesticides, des engrais chimiques et d’autres mauvaises pratiques agricoles. Cela a conduit à un grave épuisement des éléments nutritifs dans leurs sols. En outre, les carences en micronutriments sont très répandues en raison de la promotion mondiale d’aliments hautement transformés. Une étude publiée en 2004 dans le Journal confirme une baisse significative de la valeur nutritive des aliments produits au cours des 50 dernières années.

Les enfants sont particulièrement vulnérables aux carences en micronutriments car les vitamines, les minéraux et autres composés naturels sont essentiels au bon développement du sang, des os et de tous les systèmes d’organes, en particulier les systèmes nerveux et immunitaire. Une nutrition inadéquate entrave la croissance physique, ainsi que le développement du cerveau et du système nerveux, et réduit l’immunité et la capacité d’apprentissage d’un enfant. Par conséquent, une alimentation appropriée est la première étape évidente pour favoriser le développement sain d’un enfant à tout âge.

L’Institut de recherche, en association avec l’Académie des sciences médicales d’Ukraine, a mené une évaluation clinique des effets sur la santé de la supplémentation en micronutriments chez les enfants d’âge scolaire*. Cette évaluation a porté sur 69 enfants qui prenaient un supplément de micronutriments pendant une période de sept mois. L’évaluation de leur état de santé a été réalisée au début et à la fin de l’essai. Un autre groupe de 34 enfants qui ne prenaient pas de suppléments en micronutriments a été suivi en tant que groupe témoin. Tous les enfants ont suivi le même régime alimentaire à l’école. Au bout de sept mois, les enfants du groupe d’étude se sont avérés plus en forme que ceux du groupe de contrôle. L’étude a révélé que leur rythme cardiaque et leur pression artérielle ont diminué, que le fonctionnement de leur système cardiovasculaire a augmenté de 28 % et leur puissance musculaire de 16 %. Dans le même temps, les enfants du groupe de contrôle ont connu une diminution de 14 % de leur capacité pulmonaire et de leur fonction respiratoire. De plus, les enfants qui prenaient des micronutriments ont montré une amélioration de leur immunité et le nombre de maladies a diminué de 25 %. En outre, les enfants du groupe d’étude ont obtenu de meilleurs résultats aux tests dans plusieurs domaines par rapport au groupe de contrôle. La santé générale, l’activité physique et le bien-être émotionnel des enfants dont l’alimentation a été complétée par les micronutriments se sont améliorés de manière significative au cours des sept mois de l’étude.

Cette étude indique que la supplémentation en micronutriments devrait constituer une partie importante d’un régime alimentaire sain chez les enfants d’âge scolaire. Les vitamines, minéraux et autres micronutriments agissent comme des catalyseurs dans le traitement métabolique des hydrates de carbone, des graisses et des protéines, rendant la bioénergie générée par ces composants disponible pour que le corps l’utilise et reste en bonne santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code