Pourquoi je suis devenu médecin : Les médecins partagent leurs histoires

Les médecins trouvent leur vocation de nombreuses façons différentes.

Les médecins réfléchissent sur les chemins qui ont conduit à leur profession.
Pour les hommes et les femmes qui se consacrent à la recherche du bien-être, à la recherche et à la compassion pour les autres, la médecine est une vocation.
PLUS DU LABORATOIRE : Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire
C’est une carrière tout à fait exigeante, un travail qui demande une scolarité intense, une formation constante et un emploi du temps chaotique – sans parler d’une forte dose de ténacité et de patience.
Qu’un praticien travaille dans un hôpital, une clinique, un laboratoire ou dans une salle de classe, les défis et les récompenses de ce parcours de toute une vie sont nombreux.
Récemment, Medicine a demandé à certains de ses praticiens de diverses disciplines de partager leurs expériences personnelles et les influences qui les ont menés à la profession.
Voici quelques-unes de leurs histoires :

Erica Marsh, M.D.

Erica Marsh, M.D. (à gauche)
“Ma décision de devenir médecin a été largement motivée par les valeurs que m’ont inculquées ma foi et ma famille. L’idée de faire partie d’une profession axée sur l’aide aux autres, quelles que soient les circonstances, visait à aider les gens à mener une vie plus saine et donc plus heureuse… Je ne peux pas imaginer un travail plus satisfaisant.
Marsh est chef de la division d’endocrinologie de la reproduction et de l’infertilité au département d’obstétrique et de gynécologie.
Carol Bradford, M.D.
“Je ne viens PAS d’une famille de médecins. Ma mère était chef de bureau et mon père était avocat. Dès l’école primaire, j’ai développé un amour pour les mathématiques et les sciences. D’une certaine manière, j’ai su très tôt que la médecine était une carrière pour moi. Je voulais aider les gens.
“J’ai choisi une carrière en oto-rhino-laryngologie dès l’école de médecine et j’ai choisi de me concentrer sur la chirurgie du cancer de la tête et du cou parce que je sentais que ce que nous sommes en tant que personnes – nos voix, nos regards, notre vue, notre ouïe – était menacé par le cancer, et j’aspirais à préserver la forme et la fonction par des approches chirurgicales peu invasives, une reconstruction de pointe et de nouvelles thérapies (chimiothérapie, thérapie ciblée et radiations) qui évitaient les opérations susceptibles de provoquer un dysfonctionnement important.
“La médecine, pour moi, a toujours été une vocation aussi bien qu’un privilège”.
Elle est le vice-doyen exécutif pour les affaires académiques Medicine et, M.D., professeur universitaire d’otolaryngologie. Elle est également co-directrice du programme d’oncologie de la tête et du cou au Centre de Comprehension du Cancer.

M.D., Ph.D.

“Être médecin était, pour moi, l’ultime opportunité d’aider les autres. En tant que chirurgien, je peux avoir un impact positif immédiat sur les soins aux patients atteints de cancer. Travailler avec mon mari, le professeur, à l’amélioration des traitements contre le cancer est source d’espoir et d’optimisme permanents, car les maladies que nous étudions pourraient un jour être guéries”.
Il est professeur associé de chirurgie et directeur du Breast Care Center.
Nicholas O, M.D.
“Quand j’ai décidé de devenir médecin, je n’ai jamais vraiment compris ce que cela signifiait. Je n’aurais jamais pu prédire les hauts étonnants qui ont un impact direct sur la vie de quelqu’un, ni les bas profonds lorsqu’un patient a mal agi. Chaque jour, c’est un cadeau d’avoir la possibilité de s’occuper de patients dans les moments les plus vulnérables de leur vie. Malgré le stress, les longues heures passées loin de la maison et de la famille, je ne pourrais jamais imaginer une autre carrière”.
Osborne est professeur adjoint de chirurgie et directeur associé du programme de chirurgie vasculaire.

Etienne H, M.D.

“Dans mon domaine de la médecine physique et de la réadaptation, nous utilisons les connaissances de la biologie, de la biomécanique, de la physique et même de la psychologie pour aider les gens à atteindre la meilleure qualité de vie possible, en dépit d’une variété de défis. J’ai toujours trouvé le fonctionnement du corps humain fascinant, et je savais que j’aurais plaisir à utiliser mes connaissances pour aider les autres. Je n’ai pas été déçu, et je trouve que chaque patient est un défi bienvenu”.
Il est professeur et directeur du département de médecine physique et de réadaptation.

Jacques M, M.D.

“Je suis devenu chirurgien pédiatrique et fœtal parce que j’aime les enfants et que j’ai eu des mentors étonnants et inspirants. Quinze ans plus tard, c’est toujours une grande joie et un privilège d’aider le plus petit des patients”.
Il est directrice du Centre de diagnostic et de traitement du fœtus.

Pierre A, M.D., Ph.D.

“J’ai récemment eu la chance de voir un patient qui est venu me voir pour la première fois il y a quelques années, lors d’une grave crise de santé. Le patient ne parle pas anglais et, malheureusement, ma capacité à parler la langue maternelle du patient est inexistante. Mais moi, et d’autres médecins de l’Université, avons compris les problèmes médicaux du patient. Grâce à un interprète et avec l’amour et l’aide de la famille du patient, nous avons pu guider ce dernier dans les procédures médicales dont il avait grand besoin. Aujourd’hui, le patient va bien. Après avoir indiqué à quel point je suis heureux pour le patient. Voir https://quel-medecin.com/ pour en savoir plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code