Questions et réponses sur la syphilis – FAQ à lire

 

questions réponses syphilis

Avant la découverte de Treponema pallidum comme agent étiologique, les origines de la syphilis ont fait l’objet de plusieurs débats. Divers agents thérapeutiques ont été utilisés pour tenter de guérir la maladie. En examinant les jalons de l’histoire de la syphilis, le présent article passe en revue les théories existantes qui ont tenté d’expliquer les origines de la maladie, l’approche dans l’art, la culture et l’évolution des traitements depuis les moyens empiriques jusqu’à la découverte de la pénicilline.

Introduction

La syphilis est une maladie sexuellement transmissible causée par Treponema Pallidum, une bactérie classée dans le phylum de Spirochaets, ordre des Spirochaetales, famille des Spirochaetaceae, mais il existe au moins trois autres espèces connues causant des maladies tréponémiques humaines telles que Treponema pertenue qui provoque des lacets, Treponema carateum qui provoque des pinta et Treponema pallidum endémique – responsable de la syphilis de béjel ou endémique. Les quatre membres de la famille bactérienne ne peuvent être différenciés par des méthodes morphologiques, chimiques ou immunologiques. Parmi les bactéries susmentionnées, la syphilis est la seule maladie tréponémique sexuellement transmissible, car les autres affections sont transmises par contact direct avec un individu infecté.

Dès le début, la syphilis a été une maladie stigmatisée et honteuse ; chaque pays dont la population a été touchée par l’infection a accusé les pays voisins (et parfois ennemis) de l’épidémie. Ainsi, les habitants de l’Italie, de l’Allemagne et du Royaume-Uni actuels ont appelé la syphilis “la maladie française”, les Français “la maladie napolitaine”, les Russes “la maladie polonaise”, les Polonais “la maladie allemande”, les Danois, les Portugais et les habitants d’Afrique du Nord “la maladie espagnole/castillane” et les Turcs “la maladie chrétienne”. De plus, dans le nord de l’Inde, les musulmans ont accusé les hindous d’être à l’origine de l’apparition de la maladie. Cependant, les hindous ont blâmé les musulmans et, en fin de compte, tout le monde a blâmé les Européens.

Au XVIe siècle, Jean Fernelius, un professeur parisien dont le travail et les intérêts étaient orientés vers le traitement de cette maladie au mercure, a inventé le terme “lues venera” (“parasite vénérien”) dans son traité consacré à cette maladie . Le terme “syphilis” a donc été introduit par Girolamo Fracastoro, poète et médecin à Vérone. Son ouvrage “Syphilis sive Morbus Gallicus”  comprend trois livres et présente un personnage nommé Syphilus, qui était un berger conduisant les troupeaux du roi Alcihtous, personnage issu de la mythologie grecque. Dans le conte de Fracastoro, Syphilus, furieux contre Apollon parce qu’il avait desséché les arbres et consommé les sources qui nourrissaient les troupeaux de bergers, a juré de ne pas vénérer Apollon, mais son roi. Apollon s’offusque et maudit les gens atteints d’une maladie hydrique appelée syphilis, d’après le nom du berger. L’affliction s’étend à toute la population, y compris au roi Alcithous. La nymphe Ammerice conseille aux habitants d’offrir à Apollon d’autres sacrifices, dont celui de la syphilis, et de sacrifier à Junon et Tellus, ce dernier offrant au peuple l’arbre de Guaiac (Guaiacum officinale), un médicament thérapeutique très utilisé au temps de Fracastoro.

Hypothèses sur l’origine de la syphilis

L’hypothèse précolombienne. Les partisans de cette hypothèse affirment que non seulement la syphilis était largement répandue dans l’Ancien et le Nouveau Monde, mais aussi les autres maladies tréponémiques. En Europe, la plupart de ces maladies ont été confondues avec la lèpre [3]. Selon cette hypothèse, la pinta est apparue en zone afro-asiatique vers l’an 15.000 avant J.-C., ayant un réservoir animal. Des lacets sont apparus à la suite des mutations de pinta vers 10 000 avant J.-C. et se sont répandus dans le monde entier, à l’exception du continent américain qui a été isolé. La syphilis endémique a émergé des mâchoires par la sélection de plusieurs tréponèmes, en conséquence des changements climatiques (apparition du climat aride) vers 7000 avant J.-C. Vers 3000 avant J.-C., la syphilis sexuellement transmissible est apparue à partir de la syphilis endémique en Asie du Sud-Ouest, en raison des températures plus basses de l’ère post-glaciaire et s’est répandue en Europe et dans le reste du monde. Elle s’est d’abord manifestée comme une maladie bénigne, puis s’est aggravée et a gagné en virulence, souffrant de plusieurs mutations, à la fin du 15e siècle.

L’hypothèse unitaire. Considérée par certains auteurs comme une variante de l’hypothèse précolombienne, elle préconise que les maladies tréponémiques ont toujours eu une distribution mondiale. Selon cette théorie, la syphilis et les maladies tréponémiques non vénériennes sont des variantes des mêmes infections et les différences cliniques ne se produisent qu’en raison des variations géographiques et climatiques et du degré de développement culturel des populations dans des zones disparates. En bref, la pinta, le pian, la syphilis endémique et la syphilis vénérienne sont considérés comme des réponses adaptatives de T. Pallidum aux changements de l’environnement, aux différences culturelles et aux contacts entre diverses populations . À cet égard, les lacets ont eu un point de départ en Afrique centrale et occidentale, s’étendant vers la péninsule ibérique avec la capture et la vente d’Africains comme esclaves, cinquante ans avant le voyage de Christophe Colomb.

Le lacet, endémique en Afrique à cette époque, serait resté inchangé dans les pays aux conditions climatiques similaires à celles des pays d’origine, mais aurait évolué en syphilis endémique dans les pays au climat plus froid et plus sec où l’hygiène personnelle était négligée et ignorée, et en syphilis vénérienne dans les régions où les habitants faisaient preuve d’une société civilisée et accordaient plus d’attention à l’hygiène personnelle. Les défenseurs de cette hypothèse considèrent comme non pertinente la théorie selon laquelle les 44 membres de l’équipage de Christophe Colomb et les 10 indigènes amenés en Europe pourraient être tenus pour responsables de la propagation de la syphilis dans toute l’Europe en quelques années seulement [10,11].

L’hypothèse colombienne. Cette hypothèse très répandue veut que les navigateurs de la flotte de Christophe Colomb auraient ramené la maladie à leur retour du Nouveau Monde en 1493 . Cette théorie est soutenue par des documents appartenant à Fernandez de Oviedo et Ruy Diaz de Isla, deux médecins d’origine espagnole qui étaient présents au moment où Christophe Colomb est revenu d’Amérique. Le premier, envoyé par le roi Ferdinand d’Espagne dans le Nouveau Monde, confirme que la maladie qu’il avait rencontrée pour la première fois en Europe était alors familière aux indigènes qui avaient déjà développé des méthodes de traitement élaborées. Quant à Ruy Diaz de Isla, le médecin reconnaît que la syphilis est une “maladie inconnue, jusqu’à présent non vue et jamais décrite”, qui a débuté à Barcelone en 1493 et qui est originaire de l’île Española (en espagnol : Isla Española), une partie des îles Galápagos. Ruy Diaz de Isla est également celui qui affirme dans un manuscrit que Pinzon de Palos, le pilote de Colomb, et d’autres membres de l’équipage souffraient déjà de la syphilis à leur retour du Nouveau Monde.

Depuis lors, de nombreux opposants à l’hypothèse colombienne ont tenté de prouver la préexistence de la syphilis dans l’Ancien Monde, en trouvant des preuves constituées de lésions spécifiques sur des restes squelettiques datant d’avant le voyage de Colomb en Amérique. La datation au radiocarbone ainsi que plusieurs autres moyens modernes de datation, ainsi qu’un examen plus minutieux de ces restes ont prouvé que toutes les parties du squelette présentant des lésions spécifiques du luex ne dataient pas d’avant, mais d’après 1492. D’autre part, toutes les parties du squelette évoquées par les opposants de l’hypothèse colombienne ne présentaient pas réellement de lésions syphilitiques. Cependant, le diagnostic de la syphilis a pu être certifié pour 16 fragments d’os et les méthodes de datation modernes ont montré une origine précolombienne. Harper et al. ont expliqué dans un article publié en 2011 que tous ces squelettes étaient situés dans des zones côtières d’Europe, où les fruits de mer représentaient une part importante de l’alimentation des habitants. Les fruits de mer contenaient du carbone plus ancien provenant du fond de l’océan, ce qui interfère avec la datation au carbone. Par conséquent, après que des corrections et des ajustements adéquats aient été effectués, il a pu être prouvé que les squelettes ne pouvaient pas être datés avant le retour de Christophe Colomb en Europe, comme cela avait été envisagé précédemment .

Contrairement à l’Europe, le continent américain a été en mesure de présenter des preuves évidentes de l’existence de la syphilis à l’époque précolombienne. À cet égard, les lésions squelettiques caractéristiques pour le diagnostic de la syphilis qui ont été identifiées dans diverses régions plaident en faveur de l’existence de la syphilis dans ces régions avant la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. De plus, la datation au radiocarbone des fragments d’os a montré un âge de plusieurs milliers d’années [4,14].

La syphilis en Europe

En 1489, le pape Innocent VIII est en conflit avec Ferdinand Ier de Naples parce que le roi d’Italie refuse de payer ses dettes envers lui. Le pape offre donc le royaume de Naples à Charles VIII qui est l’Affable de France et qui, dans une certaine mesure, a le droit de faire régner sur ce territoire sa grand-mère paternelle, Marie d’Anjou. En 1494, Ferdinand Ier meurt et son successeur, Alphonse II, annonce ses prétentions au duché de Milan, longtemps contrôlé par Ludovic Sforza. Ludovic Sforza, afin d’écarter la menace représentée par Alphonse II, encouragea Charles VIII à accepter la proposition du pape Innocent VIII et à conquérir le royaume de Naples. À la fin de 1494, un an après le retour de Christophe Colomb de sa première expédition en Amérique, Charles VIII entre en Italie avec une armée de 25 000 hommes, principalement des mercenaires Flammand, Garcon, suisses, espagnols et même italiens. Au départ, son armée entre à Rome où, pendant un mois, elle mène une vie de dépravation sans limite. En février 1495, l’armée de Charles VIII entre à Naples sans rencontrer de résistance, car l’armée napolitaine ne compte pas plus de 1 000 mercenaires italiens, allemands et espagnols. L’armée française fut bien accueillie par les habitants dans l’espoir d’une vie meilleure sous l’occupation française, mais elle changea d’avis par la suite, car elle fut témoin d’une grande prospérité des vols, de la dépravation et du désordre. La puissance croissante de Charles VIII conduit à une alliance faite par les princes italiens, dont Ludovic Sforza, qui bat Charles VIII à la bataille de Fornovo en juillet 1495. C’est au cours de cette bataille que les médecins italiens décrivent pour la première fois une maladie qu’ils ont vue sur le corps des soldats français, se manifestant par une éruption généralisée constituée de pustules, plus terrifiante que la lèpre et l’éléphantiasis, pouvant être mortelle et se transmettant par les rapports sexuels. La maladie s’est avérée être la syphilis, et l’armée française a été rapidement accusée de propager l’affection dans toute l’Italie.

Laura M. Gough, spécialiste en histoire de la médecine, note que les conditions de guerre ont représenté un terrain favorable pour la première apparition de la syphilis. Elle s’est produite lors de l’invasion italienne par les armées françaises, à une époque où toutes les grandes puissances d’Europe (France, Espagne, Saint-Empire romain et les États pontificaux) voulaient prendre le contrôle de la péninsule des Apennins. Comme les armées françaises et italiennes étaient composées de mercenaires amenés de toute l’Europe, et comme les guerres ont duré 30 ans – un intervalle suffisant non seulement pour les mariages entre mercenaires et femmes locales, mais aussi pour les viols et la prostitution – la maladie s’est rapidement répandue à travers l’Europe au fur et à mesure que les mercenaires rentraient dans leur pays.

Un aspect important à considérer est également que la syphilis était, au tout début, une maladie d’une grande gravité, qui s’est répandue plus rapidement et dont l’évolution a été atypique ; par rapport à la syphilis actuelle, les cas mortels n’étaient pas rares. Les partisans de l’hypothèse colombienne avancent que l’extrême gravité de la maladie était principalement due à sa nouveauté, car la population n’avait pas le temps d’acquérir une immunité contre la maladie. En effet, la syphilis vénérienne est devenue endémique en Europe, certaines souches de T. pallidum ont été sélectionnées et la maladie a connu une évolution plus modérée .

La propagation de la syphilis à travers l’Europe a été fréquemment associée à l’invasion de Naples par l’armée française. Cependant, depuis, les théories populaires se sont faites plus rares. En 1492, Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille publièrent l’édit d’expulsion des Juifs, stipulant que tous les individus d’origine hébraïque refusant de se convertir au catholicisme seraient expulsés d’Espagne et du reste de ses territoires. A cette occasion, environ 200.000 juifs ont quitté le pays pour l’Afrique du Nord et l’Europe du Sud. En chemin, une partie d’entre eux s’est installée temporairement aux portes de Rome ; ils n’ont pas été autorisés à entrer à Rome, et dans la nouvelle diaspora une épidémie s’est produite, tuant 30 000 personnes. Malgré tous les efforts, la maladie identifiée plus tard comme étant la syphilis est entrée dans la ville de Rome. Par conséquent, certains chroniqueurs de l’époque ont blâmé les Juifs pour la propagation de la syphilis en Europe ; selon eux, la maladie était déjà présente sur le territoire italien avant l’invasion de Naples par les Français en 1495 .

La syphilis dans les représentations artistiques

La plus ancienne représentation artistique de la syphilis est considérée comme celle d’une cruche péruvienne datant du VIe siècle, représentant une mère souffrant de syphilis tenant un enfant dans ses bras ; la mère montre un nez en selle et des dents incisives supérieures avec des entailles sur leurs bords libres. La pièce fait partie d’une collection de cruches comprenant également deux cruches illustrant la lèpre et la leishmaniose .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code