Rougeole signe clinique

 

maladies-rougeole-faq-a-lire

La rougeole a longtemps été considérée comme l’une des pires maladies de l’enfance dans le monde. La maladie a même un symptôme facilement reconnaissable sous la forme d’une éruption cutanée rouge qui démange.

Aujourd’hui encore, la rougeole est extrêmement contagieuse et se propage de personne à personne comme un feu de forêt. Cette nature hautement contagieuse a même contribué à l’augmentation des épidémies de rougeole ces dernières années.

Mais, avec tant de nouvelles récentes sur la rougeole, quelle est l’histoire de la maladie ? Et plus précisément, d’où vient le vaccin contre la rougeole ?

La rougeole a été diagnostiquée pour la première fois au 9e siècle. Les explorateurs ont d’abord propagé la maladie en arrivant dans le Nouveau Monde et en découvrant d’autres terres en Orient, comme l’Inde.

Comme nous l’avons déjà mentionné, la rougeole peut se propager facilement. Un aspect unique du virus est qu’il reste actif jusqu’à deux heures après que le corps l’a expulsé en éternuant ou en toussant. Cela signifie que lorsqu’une personne infectée éternue et se couvre le nez avec sa main, le virus reste actif sur la main. Aujourd’hui encore, cela permet de propager la rougeole beaucoup plus rapidement. La maladie peut rester active sur une poignée de porte, sans que l’on connaisse le danger.

À une époque où la médecine et les vaccins préventifs n’existaient pas encore, rien ne pouvait arrêter une maladie contagieuse.

Mais la rougeole n’était pas le seul produit contagieux de leur voyage. Les explorateurs ont également transmis aux habitants des maladies comme le typhus, la coqueluche et la variole. De nombreux habitants indigènes de ces terres n’étaient pas immunisés contre cette maladie, et beaucoup ont péri.

Certains textes anciens de Perse suggèrent que les enfants attrapaient la rougeole de leur mère. Ils pensaient que les restes de la muqueuse qui n’avait pas été éliminée du cycle menstruel étaient à l’origine de la maladie.

Mais, cette hypothèse a finalement été rejetée.

Finalement, au milieu du 18e siècle, un médecin écossais du nom de Francis Home a découvert que la rougeole est une sorte d’infection du sang.

Puis, un siècle plus tard, un médecin danois, Peter Ludwig Panum, a fait une autre découverte révolutionnaire. Une fois qu’une personne a contracté la rougeole dans le passé, elle est immunisée contre la maladie pour l’avenir.

C’était une découverte alarmante et significative pour l’époque. En apprenant à connaître toutes les méthodes permettant d’éloigner la rougeole, Panum a ouvert la porte à la recherche sur les vaccins. Les médecins et les scientifiques qui cherchaient une réponse à la rougeole avaient enfin de quoi travailler.

Ce n’est qu’en 1912 que les États-Unis ont commencé à documenter les statistiques sur les personnes ayant contracté le virus, qui étaient pour la plupart des enfants. Dans les années 1950, presque tous les enfants américains avaient la rougeole avant d’avoir 15 ans.

Enfin, en 1954, le Dr Thomas Peebles et John Enders ont isolé le virus dans le sang d’un adolescent. Neuf ans plus tard, en 1963, ils ont créé le premier vaccin contre la rougeole aux États-Unis, appelé souche Edmonston-B. Cinq ans plus tard, l’immunisation contre la souche Edmonston-Enders a été mise au point. Le nouveau vaccin, créé par Maurice Hilleman, s’est avéré encore meilleur que le premier.

Peu de temps après, le vaccin a été combiné avec des vaccins contre les oreillons et la rubéole. Ce vaccin allait devenir la pièce maîtresse des programmes de vaccination visant à éradiquer les virus. Aujourd’hui encore, le vaccin contre la rougeole comprend des inoculations pour les autres virus.

Dans l’histoire, la rougeole a été considérée comme un événement de la vie que presque tous les enfants ont vécu. On trouve des références à la rougeole dès le 7e siècle après J.-C.

Les premières références à la rougeole

La rougeole a été décrite par Muhammad ibn Zakariya ar-Razi (860-932) ou Rhazes – un philosophe et médecin persan, au 10e siècle après J.-C. comme une maladie “plus redoutée que la variole”. Razes a publié un livre intitulé “Le livre de la variole et de la rougeole” (en arabe : Kitab fi al-jadari wa-al-hasbah).

Histoire des causes de la rougeole

Un médecin écossais, Francis Home, a démontré en 1757 que la rougeole était causée par un agent infectieux présent dans le sang des patients.

En 1954, le virus qui cause la rougeole a été isolé à Boston, Massachusetts, par John F. Enders et Thomas C. Peebles.

L’avènement du vaccin contre la rougeole

L’histoire de la rougeole a connu un changement radical en 1963 avec l’arrivée du vaccin contre la rougeole. Le nombre de cas de rougeole a chuté de 99 %. Le vaccin a été homologué pour la première fois aux États-Unis en 1963.

La rougeole avant le vaccin

Avant le vaccin, la rougeole affectait presque toute la population à un moment donné de sa vie. Il y a eu environ trois à quatre millions de cas, et une moyenne de 450 décès dus à la rougeole chaque année aux États-Unis.

Tous les deux ou trois ans, une épidémie de l’infection se déclenchait et touchait des millions de personnes. Environ 50 % de la population avait la rougeole à l’âge de six ans, et 90 % avait la maladie à l’âge de 15 ans.

C’est entre 1985 et 1988 que les chercheurs ont découvert que de nombreux cas de rougeole étaient survenus chez des enfants qui avaient été vaccinés contre la rougeole. Cela a été particulièrement constaté chez les enfants qui n’avaient reçu qu’une seule dose. Ces enfants n’étaient pas toujours protégés contre la maladie.

Cela a conduit à recommander une deuxième dose pour les enfants âgés de 5 à 19 ans. La dose de rappel a considérablement augmenté la protection et les enfants qui n’ont pas développé d’immunité lors de la première dose en ont développé une contre la rougeole avec la deuxième dose.

Les épidémies de rougeole dans les années 1990

Les cas de rougeole ont encore augmenté entre 1989 et 1991. Pour ces trois années, 55 622 cas ont été signalés. Il s’agissait pour la plupart d’enfants de moins de cinq ans et on a constaté une forte proportion de populations hispaniques et afro-américaines non vaccinées parmi les personnes touchées.

Pendant cette période, le nombre de cas de rougeole chez les enfants de moins de cinq ans a dépassé celui du groupe des 5 à 19 ans. On a enregistré 123 décès dus à des maladies liées à la rougeole parmi les cas, dont 50 % avaient moins de 5 ans.

Quatre-vingt-dix pour cent des personnes qui ont perdu la vie n’avaient pas été vaccinées. En 1990, 64 décès ont été signalés ; c’est le plus grand nombre qui ait été observé depuis près de 20 ans.

Des épidémies ont été signalées en 1993 dans des populations qui refusaient la vaccination contre la rougeole. Il s’agissait notamment de communautés de l’Utah et du Nevada, et d’écoles de scientistes chrétiens du Missouri et de l’Illinois. La situation a changé avec une nouvelle augmentation de l’utilisation du vaccin.

C’est en mars 2000 qu’un groupe d’experts du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) a conclu que la rougeole n’était plus endémique. Grâce à un programme agressif de vaccination contre la rougeole mis en place par l’Organisation mondiale de la santé, l’incidence de la rougeole est désormais très faible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code