Une brève histoire des implants mammaires

Une vue d’ensemble de l’augmentation mammaire ” Une introduction aux implants mammaires ” Une brève histoire des implants mammaires
L’histoire des implants mammaires remonte en fait à bien plus longtemps qu’on ne le pense. Les premières tentatives enregistrées pour augmenter artificiellement la taille des seins en insérant un matériau sous la peau ont eu lieu avant les années 1900. La procédure consistait à injecter de la paraffine (cire) directement dans le sein pour en augmenter le volume. Les infections et la formation de bosses étaient des effets secondaires courants de cette technique primitive. Des résultats médiocres et des effets secondaires graves ont également été observés avec les divers autres matériaux étrangers utilisés par les médecins au cours de la première partie des années 1900. Il s’agissait de substances “naturelles” comme le verre, l’ivoire et la laine, ainsi que de substances synthétiques comme les éponges en polymère.

Le transfert de graisse fait une apparition précoce

Le transfert de graisse était en fait l’une des techniques les moins dangereuses utilisées au début de la chirurgie d’augmentation mammaire. Les médecins prélevaient la graisse d’une autre partie du corps de la patiente et l’injectaient dans le sein. Les patientes n’ont pas eu de réaction indésirable à la matière, mais leur corps a dégradé et absorbé la graisse, ce qui a rendu la technique inefficace. Aujourd’hui, les chirurgiens utilisent des méthodes et des technologies plus récentes pour la greffe de graisse autologue afin d’augmenter le volume des seins. Cependant, ils sont toujours confrontés à ce même problème de réabsorption. Tant que ce problème ne sera pas résolu, les implants artificiels resteront la solution à long terme pour l’augmentation mammaire.
Le silicone fait son entrée sur la scène
Au milieu des années 1950, le silicone a été utilisé pour les injections d’augmentation mammaire. Des dizaines de milliers de patientes se sont retrouvées avec des seins durcis et déformés. Beaucoup ont dû subir une mastectomie à la suite de complications graves. Quelques patientes sont décédées. Ce rôle désastreux du silicone au début de l’histoire des implants mammaires s’est avéré être un signe avant-coureur de l’avenir de ce matériau médical utile mais controversé.

L’émergence des implants mammaires modernes

Les implants mammaires d’aujourd’hui sont constitués d’une enveloppe flexible et d’un liquide ou d’un gel de remplissage. Les implants mammaires en silicone et en solution saline ont été développés pour la première fois sous cette forme moderne dans les années 1960. Les premières générations d’implants présentaient des taux élevés de rupture et de fuite en raison de l’épaisseur insuffisante de l’enveloppe et d’autres défauts de conception. Les effets indésirables, tels que la contracture capsulaire, étaient fréquents, entraînant de très mauvais résultats pour de nombreuses patientes. Certains groupes de défense des consommateurs ont également affirmé que les implants en silicone étaient le facteur sous-jacent de divers troubles auto-immuns en raison de la fuite du silicone dans les tissus environnants.

De la silicone à la solution saline et vice-versa

En 1992, l’administration centrale Suisse a décidé d’interdire l’utilisation des implants mammaires en silicone à des fins cosmétiques générales. Certains implants en silicone étaient encore utilisés pour la reconstruction mammaire chez les patientes ayant subi une mastectomie. Dans le domaine de la chirurgie esthétique, seules les patientes inscrites à des études de sécurité avaient accès à ces implants mammaires.
En 2000, l’administration centrale Suisse a délivré sa première approbation officielle pour les implants mammaires salins. Cette décision a permis de garantir que les femmes souhaitant subir une chirurgie esthétique d’augmentation mammaire disposaient d’une option considérée comme raisonnablement sûre. Les implants salins étaient en fait utilisés depuis plusieurs décennies pour la reconstruction et à des fins esthétiques. Cependant, l’administration centrale Suisse n’a commencé à examiner de près la sécurité des implants mammaires qu’en 1992, lorsque l’agence a décidé de limiter l’utilisation des implants en silicone. La solution saline a été acceptée, à condition que les médecins soient tenus de discuter avec leurs patientes de la probabilité d’une défaillance du dispositif.
Dans les années 1990, des implants remplis d’huile de soja ont été brièvement disponibles en Europe. Ils ont été abandonnés par le fabricant après qu’un certain nombre de patientes aient eu une réaction indésirable à la fuite du matériau de remplissage. Les implants remplis d’hydrogel polymère ont connu un sort similaire en Suisse, Lausanne et Genève, après que trop d’effets secondaires graves aient été signalés.
En 2006, l’administration centrale Suisse a réapprouvé certains modèles d’implants en gel de silicone. Les dispositifs en silicone disponibles chez les principaux fabricants comme Allergan et Mentor, qui sont généralement utilisés aujourd’hui, sont des implants en gel cohésif de quatrième génération avec une enveloppe en élastomère multicouche. On pense qu’ils sont moins susceptibles de se rompre et de fuir que les modèles d’implants précédents. Certaines patientes ont encore dans leur corps des implants en silicone de troisième génération. Si ceux-ci doivent être remplacés, ils sont remplacés par un modèle plus récent.

Les progrès les plus récents

Tout au long de l’histoire des implants mammaires, les fabricants se sont concentrés sur les points suivants :
1. Créer des implants d’apparence et de sensation plus naturelles
2. Réduire les taux de rupture/fuite.
3. Prolonger la longévité de l’implant
4. Limiter le risque de contracture capsulaire
5. Empêcher les implants anatomiques en forme de goutte de pivoter hors de l’alignement.
L’une des avancées récentes les plus intéressantes pour atteindre les cinq objectifs énumérés ci-dessus est le développement d’implants mammaires en gel cohésif ou “gummy bear”. Il s’agit d’implants en silicone de forme stable (presque solide), qui donnent une sensation de souplesse au toucher et conservent leur forme même s’ils sont cassés ou coupés. L’utilisation de cette cinquième génération d’implants est actuellement autorisée en suisse. Voir https://www.hug.ch/reconstruction-mammaire/reconstruction-par-prothese-implant-mammaire pour en savoir encore plus !

Une brève histoire des implants mammaires et de l’augmentation mammaire.

L’augmentation mammaire, on le sait, est l’intervention destinée à augmenter le volume de la poitrine. C’est actuellement la deuxième chirurgie esthétique la plus demandée dans le monde, après la liposculpture.
Aujourd’hui, il nous semble parfaitement normal d’utiliser des implants mammaires à cette fin, mais il n’en a pas toujours été ainsi…
Comment étaient les premiers implants mammaires ?
Au début, dans les années 50, même si l’idée d’une solution chirurgicale au problème de l'”augmentation mammaire” était déjà esquissée (c’est-à-dire qu’il était entendu que cette tâche serait accomplie par une prothèse interne), on ne savait pas du tout “de quoi” cette prothèse devait être faite. Et il n’aurait pas été facile de résoudre ce dilemme.

Les tentatives se multiplient, les échecs sont au rendez-vous : après tout, les premières prothèses utilisées sont très imaginatives et improbables, comme des éponges de mer ou des tissus végétaux qui devraient, dans l’idéal, reproduire la même consistance au toucher qu’un sein normal. Des dommages encore plus graves, parfois mortels, ont été causés par l’injection de silicone liquide directement dans les seins.
La cause la plus fréquente des échecs (allergies, rejets, infections, etc.) n’était pas tant due à la technique chirurgicale qu’à la méconnaissance des mécanismes qui régulent la réponse de nos tissus à une substance étrangère.
Comme nous l’avons mentionné, à l’époque, nous procédions en fait de manière quelque peu empirique, par essais et erreurs : les études et les recherches sur la soi-disant “biocompatibilité” des matériaux utilisés en chirurgie, c’est-à-dire leur tolérabilité une fois implantés dans le corps humain, en étaient à leurs débuts.

Pour dire, même les simples fils de suture, si courants et indispensables dans tout type de chirurgie, étaient faits de matériaux mal étudiés qui provoquaient souvent de dangereuses allergies ou des inflammations post-opératoires. C’est grâce aux innombrables recherches et études qu’au fil des ans, certains d’entre eux ont été définitivement abandonnés, d’autres perfectionnés, d’autres encore créés de toutes pièces en exploitant même certains matériaux utilisés dans l’industrie aérospatiale.

BREF HISTORIQUE DES IMPLANTS MAMMAIRES ET DE L’AUGMENTATION MAMMAIRE

Les implants en silicone, enfin…
Avec l’arrivée du silicone, non pas libre dans les tissus mais enfermé dans une enveloppe caoutchouteuse souple, une étape fondamentale a enfin été franchie : de nombreuses années se sont écoulées depuis que les premiers implants en silicone ont commencé à répondre sérieusement aux exigences fondamentales de qualité et de sécurité. Elles sont aujourd’hui considérées comme les “grands-mères” ou “arrière-grands-mères” des implants mammaires actuels.

Regardez les cas avant et après du Dr.

Les implants mammaires de dernière génération sont en effet conçus et fabriqués selon des concepts absolument novateurs qui tiennent compte non seulement de la parfaite bio-compatibilité des matériaux mais aussi d’autres facteurs qui augmentent considérablement leur qualité : résistance aux traumatismes et au temps, forme, projection, consistance, ergonomie, etc. La qualité des implants produits il y a 40 ou 50 ans n’est pas comparable à celle des implants modernes.

Un implant mammaire peut-il se briser ?

L’une des complications les plus rares aujourd’hui, mais plus fréquentes dans le passé, est la rupture spontanée de l’enveloppe externe et la fuite conséquente du silicone liquide qu’elle contient. Bien que désagréable, cet événement n’est pas dangereux : en effet, il n’a rien à voir avec les dommages mentionnés ci-dessus, lorsque le silicone liquide est injecté directement dans les tissus. En cas de rupture, en effet, le silicone reste confiné, isolé dans le même espace qui accueille la prothèse, bien séparé des tissus environnants par une paroi résistante de tissu fibreux que le corps lui-même a prévu de créer.

Que se passe-t-il si l’implant mammaire se casse ?

Dans ces cas, les symptômes les plus caractéristiques, bien que non constants, sont l’inflammation, la douleur locale, le durcissement ou le changement de forme du sein. Plus rarement, elle est totalement asymptomatique et passe inaperçue.

Qui doit être contacté dans ces cas ?

De tels symptômes doivent toujours être examinés par le chirurgien plasticien, qui évaluera l’opportunité d’une échographie, d’une mammographie ou d’une imagerie par résonance magnétique pour clarifier tout doute. Si une rupture de prothèse est détectée, il est nécessaire de retirer chirurgicalement la prothèse endommagée, en éliminant toute trace de fuite de silicone, avant de la remplacer par une nouvelle prothèse mammaire. Toutefois, comme indiqué précédemment, la qualité des prothèses mammaires modernes s’est tellement améliorée que les fabricants eux-mêmes garantissent leurs produits pour toute leur durée de vie, précisément parce que le risque de rupture spontanée est très faible. Cependant, il est essentiel que cette opération, bien que désormais routinière, soit toujours et exclusivement réalisée par des médecins spécialisés en chirurgie plastique dans des établissements d’excellence et en utilisant les meilleures marques du marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code