septembre 26, 2021
11 11 11 AM
Se refaire les fesses
Filler pour les lèvres du visage
Injection botox pour homme
Quelle différence entre rhinoplastie et rhinofiller ?
Histoire de la médecine esthétique
C’est quoi le Gummy Smile à Lausanne ?
Comment choisir un bon chirurgien esthétique ?
Liposuccion résultats après combien de temps ?
Hyperplasie adipeuse paradoxale à Genève, questions et réponses
Questions et réponses sur la chirurgie des paupières
Latest Post
Se refaire les fesses Filler pour les lèvres du visage Injection botox pour homme Quelle différence entre rhinoplastie et rhinofiller ? Histoire de la médecine esthétique C’est quoi le Gummy Smile à Lausanne ? Comment choisir un bon chirurgien esthétique ? Liposuccion résultats après combien de temps ? Hyperplasie adipeuse paradoxale à Genève, questions et réponses Questions et réponses sur la chirurgie des paupières

Chirurgie des paupières, histoire et questions

Dans la Corée d’aujourd’hui, près de 20 % de la population féminine a eu recours à la chirurgie plastique au moins une fois dans sa vie. L’une des interventions les plus courantes est la chirurgie des doubles paupières. Bien que le public associe rarement l’industrie de la chirurgie esthétique, en plein essor, à la race ou à l’histoire moderne mouvementée du pays, il existe des preuves que les origines de ces procédures révèlent de sombres racines de racisme.

Histoire de la chirurgie des doubles paupières

Environ 50 % des Asiatiques, ou “Orientaux mongoloïdes” (Chinois, Coréens, Japonais…), sont nés sans pli de paupière visible au-dessus de la ligne des cils. D’un point de vue anatomique, leur paupière présente un pli supplémentaire de peau appelé épicanthus, en plus de la position basse où la peau de la paupière adhère aux structures sous-jacentes, et ces caractéristiques combinées donnent l’apparence d’une paupière “unique”. Une procédure connue sous le nom de blépharoplastie ou plus communément appelée chirurgie de la double paupière peut être effectuée pour retirer l’excès de peau des paupières supérieures. Si l’on croit généralement que la chirurgie des doubles paupières a été introduite pour la première fois au Japon au XIXe siècle, elle est devenue incroyablement populaire en Asie pendant la guerre de Corée dans les années 1950.

Un lobby diplimatique

Le Dr D. Ralph Millard, un chirurgien plasticien militaire américain, a commencé à mettre au point et à pratiquer cette intervention alors qu’il se trouvait en Corée du Sud pendant la guerre, participant à une campagne de relations publiques qui visait à montrer “le visage bienveillant des Américains aux Coréens”. Les premiers Coréens qui ont subi cette opération sont les épouses de guerre qui ont épousé des soldats américains. Par conséquent, la plupart d’entre elles ont choisi de subir une chirurgie des doubles paupières pour paraître plus occidentales. Les yeux sans pli, médicalement connus sous le nom de pli palpébral supérieur, étaient qualifiés d'”inclinés” et considérés comme un signe de déviance. Les épouses de guerre ont donc été poussées à les changer pour paraître plus dignes de confiance, plus dociles et plus acceptables. Nombreux sont ceux qui pensent que cette procédure à connotation raciale était utilisée pour affirmer la domination de l’Amérique sur l’Asie tout en démontrant sa puissance et la “malléabilité” des autres pays.

“L’absence du pli palpébral produit une expression passive qui semble résumer le comportement stoïque et sans émotion de l’oriental”, écrivait le Dr Millard en 1964. Les épouses militaires coréennes qui ont été amenées dans des familles américaines à l’époque ont été soumises à une pression stricte pour élever leurs enfants comme de futurs Américains et offrir à leurs maris un style de vie américain. Elles craignaient que, si elles n’étaient pas correctement américanisées, les femmes “allogénisent” leurs maris et leurs enfants.

L’héritage inconscient

L’héritage de ces notions se retrouve jusque dans les publicités populaires des années 2000 en Corée. Dans les publicités coréennes modernes, l’agrandissement des yeux que l’on perçoit en subissant la procédure est décrit d’une manière qui suggère “un élargissement de l’esprit, un éclaircissement de l’âme et une confiance dans l’esprit”.

Alors qu’aujourd’hui, c’est avant tout la beauté qui motive le désir des femmes de modifier leurs yeux, la procédure de la double paupière s’appuie sur l’héritage d’une histoire de la science et de la race occidentale qui a privilégié le corps blanc comme étant le corps normal et le plus beau. Voir ce très bon article http://www.choixdunet.fr/docteur-riccardo-marsili-paris-15395_1_3722.html qui vous aidera à en savoir plus aussi !

Chirurgie plastique des paupières

Qu’est-ce que la plastie des paupières ?

La chirurgie plastique des paupières (blépharoplastie, blépharoplastie) est réalisée pour réduire l’excès de peau relâchée. Avec l’âge, il devient moins élastique. Le résultat ? Une expression faciale fatiguée et même un champ de vision rétréci en raison d’une paupière supérieure tombante. La chirurgie des paupières peut également être nécessaire chez les jeunes. En effet, il existe des défauts génétiques qui provoquent des problèmes au niveau des paupières. La plastie des paupières permet aux patients de reprendre confiance en eux et de faire disparaître l’impression d’un visage fatigué. Les yeux retrouvent leur aspect jeune, paraissent plus grands et sont plus symétriques. L’étendue de la procédure est adaptée individuellement aux besoins de chaque patient. L’opération peut comprendre une blépharoplastie des paupières supérieures et inférieures, c’est-à-dire l’élimination des “poches” sous les yeux. Il peut également s’agir d’une combinaison des deux méthodes.

Le nom “blépharoplastie” vient des mots grecs “blefaro”. (Paupière) et “plastos” (paupières) (formation). En pratique, cette intervention consiste à retirer l’excès de peau des paupières supérieures ou inférieures, ainsi qu’à éliminer les hernies graisseuses autour des yeux du patient. Il est intéressant de noter que la chirurgie des paupières est décrite dans la littérature médicale depuis le Moyen Âge. Le premier texte sur la chirurgie plastique des paupières remonte au 15e siècle. Son auteur est Aulus Cornelius Celsus, qui a décrit la correction des paupières dans l’ouvrage “Di Re Medica”.

Qui peut subir une plastie des paupières ?

Un patient qui souhaite subir une chirurgie des paupières doit être en bonne santé. Il ne doit pas avoir de maladies actives (ou de conditions pré-maladies). La personne ne doit pas avoir de problèmes de santé mentale et s’attendre à des résultats impossibles en matière de chirurgie plastique des paupières. La plupart des patients qui subissent une correction des paupières ont entre 35 et 65 ans. Si le problème de l’état des paupières est héréditaire, de nombreuses personnes subissent une correction à un jeune âge.

Indications pour la plastie des paupières

Il n’y a pas de restriction d’âge pour pratiquer la chirurgie plastique des paupières. L’opération peut être réalisée pour des indications esthétiques aussi bien que fonctionnelles. Dans le cas des jeunes, il peut s’agir de défauts congénitaux et acquis (par exemple, des lésions nerveuses et musculaires). Le rétrécissement des stomates des paupières peut entraîner des problèmes de vision et de bon écoulement des larmes qui hydratent la surface de l’œil. C’est également une indication pour la correction des paupières. Les autres indications de la chirurgie plastique des paupières sont les suivantes : la présence de hernies graisseuses, communément appelées “poches sous les yeux”, des défauts musculaires (par exemple, une partie excessivement développée du muscle circulaire de l’œil), l’excès de peau, ptose (chute de la paupière) – elle peut être liée à l’âge, mais dans certains cas, elle est héréditaire.

Comment se préparer à une opération des paupières ?

La chirurgie plastique des paupières nécessite souvent une consultation non seulement chirurgicale, mais aussi ophtalmologique. Au cours de celles-ci, le patient doit présenter l’historique des maladies passées (troubles circulatoires, diabète, glaucome ou autres maladies oculaires), des traitements. Il est également important de savoir si le patient porte des lunettes ou des lentilles de contact.

Il est absolument déconseillé de pratiquer l’intervention pendant la période péri ménopausique (deux jours avant ou pendant les premiers jours des menstruations).  Pendant les deux semaines précédant l’opération prévue, le patient ne doit pas prendre de médicaments qui interfèrent avec la coagulation du sang (par exemple, de l’aspirine ou de l’ibuprofène), fumer des cigarettes, manger des aliments contenant de l’ail, du gingembre ou du ginseng, prendre des bains de soleil sur le visage et appliquer du maquillage, du mascara et des crèmes. En revanche, vous ne devez pas boire d’alcool pendant au moins trois jours avant la chirurgie plastique des paupières.  Avant l’opération, le médecin demandera des tests au patient. Ils doivent être effectués deux semaines avant l’opération. La chirurgie de correction des paupières ne sera effectuée que si le patient présente des résultats d’examen normaux. Parmi les examens demandés figurent : la détermination des paramètres de coagulation et du groupe sanguin, la numération sanguine, les électrolytes et les marqueurs d’inflammation (CRP, ESR).  Il convient également d’examiner la fonction du foie en déterminant le taux d’aminotransférases, d’évaluer l’état de santé général en effectuant une analyse d’urine générale supplémentaire et de mesurer la glycémie. Il est également recommandé aux patients de se faire vacciner contre l’hépatite B.

Important : la chirurgie plastique des paupières ne doit pas être pratiquée chez les patients dont le temps de coagulation sanguine est prolongé.

Contre-indications à la chirurgie plastique des paupières

En présence de l’une des contre-indications suivantes, la chirurgie plastique des paupières est déconseillée ou reportée.

Les contre-indications à la chirurgie des paupières sont les suivantes :

  • La grossesse
  • Eczéma des paupières
  • Hypertension non traitée
  • Infections récurrentes des paupières
  • Des maladies systémiques graves
  • Les conditions post-chimiothérapie
  • Les problèmes de santé mentale
  • Le diabète avancé

Les personnes présentant des troubles de la cicatrisation (par exemple, une tendance à la formation de cicatrices) et les patients souffrant d’infections cutanées dans la zone à opérer ne doivent pas subir l’intervention.

Qu’est-ce que la chirurgie des paupières ?

La chirurgie classique des paupières est réalisée sous anesthésie locale. Cela prend généralement une heure. Au cours de l’intervention, l’excès de peau est retiré, ainsi que le tissu graisseux (en cas de hernies graisseuses). Après l’opération, des points de suture sont placés.  L’emplacement des sutures au bord des cils (paupière inférieure) ou dans le pli de la paupière (paupière supérieure) les rend pratiquement invisibles. Peu après l’opération, ils peuvent être remplacés par des sparadraps. Par conséquent, la probabilité de cicatrices est fortement réduite.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code