Hippocrate et la pratique de la medecine

 

chirurgien esthétique

Hippocrate est un médecin grec né sur l’île de Cos, en Grèce, en 460 avant J.-C. Il était considéré comme le plus grand médecin de tous les temps et fondait sa pratique médicale sur l’observation et l’étude du corps humain. Il rejetait les vues de ses contemporains qui considéraient que la maladie était produite par des superstitions, comme la possession par des esprits mauvais ou la chute de la faveur des dieux, et il soutenait que la maladie avait une explication physique et rationnelle. C’est pourquoi il est considéré comme le fondateur de la médecine.

Hippocrate soutenait que le corps devait être traité comme un tout et non comme une série de parties, en décrivant soigneusement les symptômes de la pneumonie ainsi que de l’épilepsie chez les enfants. Il a soutenu que le processus de guérison naturelle pouvait être obtenu par le repos, une alimentation appropriée, de l’air frais et une purification du corps. En outre, il a noté qu’il y avait des différences individuelles dans la gravité des symptômes de la maladie et que certains individus y résistaient mieux que d’autres. Il a été le premier médecin à avoir l’idée que les pensées, les idées et les sensations venaient du cerveau et non du cœur comme le croyaient beaucoup de ses contemporains.

Hippocrate a beaucoup voyagé en Grèce, fondant des écoles de médecine à Cos, une île près de Rhodes en Asie Mineure, où il a commencé à enseigner ses idées. De ce fait, il était associé à Esculape de Cos et à un groupe de traités connus collectivement sous le nom de Corpus Hippocraticus.

Hippocrate est également célèbre pour ses idées sur la séparation de la médecine et du syndicalisme en médecine, et son souci des devoirs des médecins, plutôt que de leurs droits, l’a amené à élaborer un serment d’éthique médicale qui s’appelle le serment d’Hippocrate et que les médecins prononcent encore aujourd’hui lorsqu’ils commencent à exercer. Il est mort en 337 av. J.-C. et est aujourd’hui connu comme le “Père de la médecine”.

Le serment d’Hippocrate

La tradition la plus durable dans l’histoire de la médecine est peut-être le “Serment d’Hippocrate”. Ce serment a été écrit comme une ligne directrice de l’éthique médicale et bien que les mots exacts aient changé avec le temps, le contenu général est le même : un serment de respect pour ceux qui ont transmis leurs connaissances sur la médecine et pour les patients, ainsi que la promesse de les traiter avec les meilleures connaissances médicales. Le Serment dit : Je jure par Apollon le médecin, par Esculape, par Hégée et Pancea, par tous les dieux et toutes les déesses, en les prenant comme témoins, que je remplirai, selon mes forces et mes capacités, le serment et l’engagement suivants :

Je respecterai mon maître de médecine autant que les auteurs de mes jours, je partagerai avec lui mes biens et, si nécessaire, je m’occuperai de ses besoins ; je considérerai ses enfants comme des frères et sœurs et, s’ils souhaitent apprendre la médecine, je leur enseignerai librement et sans obligation.
Je communiquerai les préceptes, les leçons orales et le reste de l’enseignement à mes enfants, à ceux de mon maître, aux disciples liés par un engagement et un serment selon la loi médicale, mais à personne d’autre.

Avec tous ces faits, on pourrait dire que tout était déjà préparé pour qu’on puisse avoir aujourd’hui un chirurgien esthétique. Paris est une ville qui a en son sein plusieurs cabinets spécialisé dans la médecine esthétique.

Je dirigerai le régime des malades à leur profit, selon ma force et mon jugement, et je m’abstiendrai de tout mal et de toute injustice.
Je ne donnerai de poison à personne, si on me le demande, ni ne prendra l’initiative d’une telle suggestion, ni ne donnera à aucune femme un pessaire abortif.
Je vais passer ma vie et exercer mon art dans l’innocence et la pureté.
Je n’opérerai pas à partir du mal de la pierre.
Dans quelque maison que j’entre, j’irai pour l’usage des malades, me gardant de toute action malveillante volontaire et de la corruption, et surtout de la séduction des femmes et des enfants, libres ou esclaves.
De tout ce que je vois ou entends dans la société pendant l’exercice de ma profession, et même en dehors de celle-ci, je garderai le silence sur ce qui ne doit jamais être divulgué, considérant la discrétion comme un devoir dans un tel cas.
Si je respecte ce serment sans le violer, je serai toujours honoré par les hommes ; si je le viole et que je me parjure, que mon sort soit contraire.

Comme il est clair, l’organisation du serment est divisée en deux parties. La première partie précise les devoirs de l’étudiant envers son professeur et ses obligations en matière de transmission des connaissances médicales, tandis que la deuxième partie est un bref résumé de l’éthique médicale. Toutefois, comme cette deuxième partie n’est pas conforme aux principes et aux pratiques d’Hippocrate lui-même, on a supposé qu’il n’était pas le seul à l’avoir rédigée, et certains des arguments sont les suivants

Une incohérence immédiate est l’interdiction de l’avortement, puisque le Corpus Hippocraticus contient plusieurs allusions aux méthodes d’avortement et à l’utilisation de “pessaires”. En outre, les interdictions contenues dans le serment ne font pas écho aux sentiments du grand public, car à l’époque grecque, comme à l’époque romaine, l’avortement était pratiqué sans scrupules.

Le serment de Lasagne

Le serment de Lasagne a été écrit en 1964 par Louis Lasagna, directeur académique de l’école de médecine de l’université de Tuffs, et est peut-être le plus utilisé dans les écoles de médecine aujourd’hui. Comme les autres versions, elle souligne l’importance de traiter les patients comme des êtres humains plutôt que comme des cas médicaux.

Le rétablissement du serment d’Hippocrate

Le rétablissement du serment d’Hippocrate a été introduit en juin 1995 par The Value of Life Committee, Inc. lorsque le Dr Joseph R. Stanton, membre du comité, a déclaré : “L’espoir des signataires et des partisans de ce rétablissement de 1995 est que les futures générations de jeunes médecins adopteront les principes de ce serment dans leur vie personnelle et professionnelle. En prêtant ce serment, ils doivent se tenir aux côtés des géants qui l’ont prêté dans le passé et qui ont si profondément contribué aux progrès des arts et des sciences de la médecine, tout en défendant des vies et des principes exemplaires.

Bien que similaire à la prière de Maïmonide en ce sens que Dieu est le témoin du serment, son contenu est très proche du serment d’Hippocrate original, y compris le vote selon lequel si le médecin transgresse le serment, il sera puni pour cela.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code