mai 19, 2022
11 11 11 AM
C’est quoi le Vampire lift ?
Injection acide hyaluronique pour le menton
Détatouage médecin à Lausanne
Pourquoi faire une augmentation mammaire ?
Injection acide hyaluronique pour les pommettes
injection botox pour muscle masseter
Faire de la cryolipolyse pour perdre ses bourrelets
Faire une Liposuccion à 50 ans
Comment choisir la taille de son augmentation mammaire ?
Quelles sont les principales opérations de chirurgie esthétique ?
Latest Post
C’est quoi le Vampire lift ? Injection acide hyaluronique pour le menton Détatouage médecin à Lausanne Pourquoi faire une augmentation mammaire ? Injection acide hyaluronique pour les pommettes injection botox pour muscle masseter Faire de la cryolipolyse pour perdre ses bourrelets Faire une Liposuccion à 50 ans Comment choisir la taille de son augmentation mammaire ? Quelles sont les principales opérations de chirurgie esthétique ?

Hydrochlorothiazide

Aujourd’hui, nous allons poser une question qui peut faire peur à bien des gens : l’hydrochlorothiazide cause-t-il le cancer de la peau ? Dans cet article, nous vous expliquerons tout en détail afin que vous puissiez supprimer toutes vos questions relatives à ce sujet.

L’hydrochlorothiazide (HCTZ) est un diurétique thiazidique largement utilisé pour l’hypertension artérielle systémique (HTSA). C’est un dérivé de sulfonamide, légèrement soluble dans l’eau et distribué principalement dans le compartiment extracellulaire. Son atome de chlore peut subir une dissociation par rayonnement UVB (290 à 320 nm), générant la formation de radicaux libres, de protéines et de l’ADN des kératinocytes.

Plusieurs réactions médicamenteuses avec HCTZ ont déjà été décrites, y compris la dermatite lichénoïde, l’angio-œdème, le pityriasis rose, l’AGEP, l’éruption phototoxique/allergique, l’érythème multiforme et la vasculite allergique. Ainsi, ils sont photosensibilisants, comme les autres diurétiques thiazidiques, les diurétiques de l’anse, les diurétiques économiseurs de potassium et l’indapamide. Plusieurs cas de coups de soleil ont été signalés lors de l’utilisation simultanée d’amiloride et d’hydrochlorothiazide.

Cancer de la peau

Le cancer de la peau sans mélanome est le néoplasme le plus fréquent. Etant 30% de toutes les tumeurs malignes diagnostiquées au Brésil, en particulier chez les personnes âgées. Certains facteurs de risque importants sont : l’exposition aux rayons UV, de faibles phototypes de Fitzpatrick et l’utilisation d’immunosuppresseurs. On a également signalé la présence de médicaments protecteurs, comme les AAS et autres AINS, et d’inhibiteurs topiques de la calcineurineurine.
Il se lie !

Mais que trouve-t-on dans la littérature ? On a récemment signalé des cas d’association avec le carcinome épidermoïde (CEC), avec le carcinome à cellules de Merkel et avec des tumeurs cutanées malignes annexielles, tous à risque accru avec des doses plus élevées d’hydrochlorothiazide ou une utilisation prolongée.

Une étude portant sur l’augmentation du risque de CPB et de mélanome entre les utilisateurs d’amiloride et d’hydrochlorothiazide combinés et une étude de cohorte portant sur la médication du lymphome T cutané (mycose fongoïde et syndrome de Sézary), dans laquelle il y a amélioration des lésions chez certains patients avec suspension et exacerbation ou récurrence de la maladie au début du hydrochlorothiazide.

La grande majorité des études ont été menées dans un système de santé uniformément organisé (Danemark), où les registres peuvent contrôler des facteurs de confusion tels que l’utilisation des corticostéroïdes et les maladies chroniques associées, mais se limitent aux données de prescription du système de registres – les patients ont-ils ingéré la quantité prescrite ? N’ont-ils pas pris d’autres médicaments photosensibilisants comme l’automédication ? Il se peut aussi qu’il y ait eu sous-déclaration des cas de cancer de la peau autres que le mélanome, comme les carcinomes basocellulaires (CCC), puisque la grande majorité ne sont pas potentiellement mortels.

Il faut aussi considérer qu’il n’y a pas de rapport sur le phototype des patients (tous les phototypes I et II ?) et sur les habitudes d’exposition ou de protection solaire. Enfin, il ne faut pas oublier qu’il est très fréquent de prescrire de l’amiloride et d’autres diurétiques avec HCTZ, qui peuvent avoir eu un effet synergique.

Voir aussi : « Écran solaire : mythes, vérités et concepts. »
Une fin en vue ….

L’étude qui associe le lymphome cutané B aux diurétiques a un taux d’utilisation plus élevé d’HCTZ que dans la population générale (14,2 % contre 5,8 % dans la population générale) et les patients ayant un âge moyen élevé (62,4 ans), compatible avec l’âge du MF. Bien sûr, le fait que de nombreux patients prennent ZSCH ne prouve pas la causalité. Pour compliquer davantage les choses, ZSCH peut causer une réaction cutanée qui ressemble à une mycose fongique.

La HCTZ serait-elle un antigène incitant à la MF ? Dans ce travail, les patients ont fermé les critères cliniques et histologiques de la MF, et seul un désaccord sémantique a été considéré comme une réaction à un médicament ou une MF. Juste un dernier élément de données pour vous rendre plus confus : l’incidence est élevée pour l’hypertension artérielle systémique chez les patients atteints d’un lymphome cutané à cellules T et il a déjà été suggéré que le lymphocyte T peut participer à la pathogenèse de l’HSA.
Qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

Allons-nous suspendre tout le monde ? Comment comparer notre grande diversité de phototypes au Brésil avec ces œuvres ?

Des antécédents cliniques bien faits sont très importants pour évaluer la nécessité d’une suspension ou de l’utilisation de diurétiques, car il existe une énorme liste de médicaments photosensibilisants également largement utilisés, comme les médicaments anti-inflammatoires (ibuprofène, kétoprofène), les antibiotiques (doxycycline, quinolones, sulfas), antifongiques, antihistaminiques, calmants et autres médicaments antihypertensifs aux indications similaires.

L’interruption peut être utile chez les personnes ayant des antécédents de cancer de la peau ou des facteurs de risque importants. Et nous ne devons pas oublier d’évaluer les habitudes d’exposition au soleil, tant professionnelles que récréatives, et d’éduquer le patient sur les mesures de protection solaire et le diagnostic des cancers de la peau. La clinique doit et est toujours souveraine, même en dermatologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code