août 18, 2022
11 11 11 AM
Liposuccion ou abdominoplastie ? Comment choisir ?
Chirurgie esthétique paupières tombantes
Quand faire une liposuccion ? Quel est le meilleur moment ?
Injection de PRP pour l’arthrose
Pourquoi faire une abdominoplastie ?
Tous les usages du plasma riche en plaquette
Augmentation mammaire au résultat naturel à Paris
Solution contre la Ptôse mammaire
C’est quoi le Vampire lift ?
Injection acide hyaluronique pour le menton
Latest Post
Liposuccion ou abdominoplastie ? Comment choisir ? Chirurgie esthétique paupières tombantes Quand faire une liposuccion ? Quel est le meilleur moment ? Injection de PRP pour l’arthrose Pourquoi faire une abdominoplastie ? Tous les usages du plasma riche en plaquette Augmentation mammaire au résultat naturel à Paris Solution contre la Ptôse mammaire C’est quoi le Vampire lift ? Injection acide hyaluronique pour le menton

Informations sur le variant Omicron en Suisse

Coronavirus : la variante Omicron est présente dans de plus en plus de pays ; deux cas détectés au Royaume-Uni également

Une nouvelle mutation du coronavirus, identifiée en Afrique du Sud ce mois-ci et baptisée hier « Omicron », est découverte dans d’autres pays que l’Afrique. Au Royaume-Uni, le gouvernement a annoncé un certain renforcement des mesures anti-épidémiques après l’identification de deux cas liés. Lors d’une conférence de presse d’urgence samedi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé un renforcement temporaire (trois semaines pour l’instant) des mesures anti-épidémie, notamment que toutes les personnes arrivant de n’importe quel pays étranger devront désormais passer des tests PCR et s’auto-isoler avant de recevoir des résultats négatifs. De nombreux États ont imposé des restrictions à l’entrée d’un certain nombre de pays d’Afrique.

Une mutation significative

Les experts estiment que la dernière mutation du virus a subi un changement très important par rapport à la variante originale, de sorte qu’il pourrait se révéler plus résistant aux vaccins. Des sociétés pharmaceutiques ont déclaré qu’elles étudiaient déjà Omicron et tentaient de trouver des moyens de le combattre.

Le mutant a été classé comme VOC (« variant préoccupant ») lors d’une réunion d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé à Genève vendredi. Il a été baptisé de la lettre grecque Omicron – comme cela s’est déjà produit auparavant avec Alpha, Beta et Delta. L’OMS a déclaré que le nombre d’infections par la nouvelle variante du virus (initialement dénommée B.1.1.529) était en augmentation dans presque toutes les régions d’Afrique du Sud. « Cette variante présente un très grand nombre de mutations, dont certaines sont préoccupantes », a déclaré l’organisation dans un communiqué. Il précise que le premier cas confirmé d’Omicron a été enregistré dans un échantillon prélevé le 9 novembre.

Et le 24 novembre, les responsables sud-africains ont officiellement annoncé la nouvelle variante de l’OMS. Les scientifiques avaient précédemment émis l’hypothèse que cette mutation inhabituellement élevée pouvait provenir d’un patient immunodéprimé qui n’était pas en mesure de combattre le virus.

Une mutation terrifiante.

Quel est le danger de la nouvelle variante du coronavirus B.1.1.529 et à quelle vitesse va-t-elle se propager dans le monde ?

Coronavirus : l’OMS nomme le nouveau variant « Omicron », il ferme les frontières et entraîne les marchés vers le fond.

Coronavirus dans le monde : données par pays et par région

L’OMS note qu’il faudra peut-être attendre plusieurs semaines avant d’obtenir davantage d’informations sur le risque que présente la nouvelle variante. Les experts britanniques estiment que les vaccins actuels seront « presque certainement » moins efficaces contre Omicron, même s’ils pourront encore offrir un certain degré de protection. « C’est une mauvaise nouvelle, mais ce n’est pas un désastre total », a déclaré James Naismith, biologiste à l’université d’Oxford.

Comment Omicron ferme les frontières

Qu’est-ce que c’était ?

Outre l’Afrique du Sud, Omicron a déjà été signalé en Belgique, en Israël, au Botswana et à Hong Kong. Samedi, des cas de la nouvelle variante ont également été signalés en République tchèque et en Allemagne. En outre, une nouvelle mutation du virus a été découverte chez deux personnes au Royaume-Uni, a déclaré samedi le ministre de la santé du pays, Sajid Javid. Il a déclaré que les deux cas d’infection étaient liés l’un à l’autre et à des voyages dans des pays d’Afrique australe, et que les personnes tombées malades s’isolent désormais chez elles.

Mesures immédiates

Suite à cela, le Premier ministre Boris Johnson a déclaré qu’il était clair jusqu’à présent que la variante Omicron était capable de se propager rapidement. Il a déclaré que le gouvernement réintroduirait des mesures dans les prochains jours pour ralentir la propagation de la nouvelle variante et donner aux scientifiques le temps de l’étudier. Ces mesures ne concerneront directement que l’Angleterre, car en Écosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord, elles relèvent de la responsabilité des administrations décentralisées de ces régions ; toutefois, il est plus probable que celles-ci imposent des mesures encore plus strictes qu’en Angleterre.

En particulier, toutes les personnes arrivant de l’étranger en Angleterre devront passer un test PCR au plus tard le deuxième jour après leur arrivée. Ce n’est que fin octobre que cette exigence a été remplacée par des tests auto-administrés plus rapides et moins chers. De même, le gouvernement rendra à nouveau obligatoire (et non plus « recommandé » comme c’est le cas actuellement) le port du masque dans les transports publics et dans les magasins. Enfin, il est prévu d’accélérer encore la campagne de revaccination et de proposer de l’étendre autant que possible – actuellement, les troisièmes doses du vaccin au Royaume-Uni ne sont proposées qu’aux personnes de plus de 40 ans ou souffrant de maladies chroniques, et pas avant six mois après la deuxième dose. Cette décision est prise par un comité d’experts indépendants au sein du gouvernement. Toutefois, M. Johnson et ses conseillers ont souligné que l’on ignore pour l’instant dans quelle mesure les vaccins existants sont efficaces contre la nouvelle variante, et qu’il existe des raisons théoriques de penser que certaines infections pourraient contourner la protection immunitaire créée par le vaccin.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code