août 18, 2022
11 11 11 AM
Liposuccion ou abdominoplastie ? Comment choisir ?
Chirurgie esthétique paupières tombantes
Quand faire une liposuccion ? Quel est le meilleur moment ?
Injection de PRP pour l’arthrose
Pourquoi faire une abdominoplastie ?
Tous les usages du plasma riche en plaquette
Augmentation mammaire au résultat naturel à Paris
Solution contre la Ptôse mammaire
C’est quoi le Vampire lift ?
Injection acide hyaluronique pour le menton
Latest Post
Liposuccion ou abdominoplastie ? Comment choisir ? Chirurgie esthétique paupières tombantes Quand faire une liposuccion ? Quel est le meilleur moment ? Injection de PRP pour l’arthrose Pourquoi faire une abdominoplastie ? Tous les usages du plasma riche en plaquette Augmentation mammaire au résultat naturel à Paris Solution contre la Ptôse mammaire C’est quoi le Vampire lift ? Injection acide hyaluronique pour le menton

Guele cassée et première guerre mondiale

Barrett sur Gehrhardt, ‘The Men with Broken Faces : Gueules Cassées de la Première Guerre Mondiale’.

Décrivant une visite dans la salle d’opération du chirurgien britannique Dr Harold Gillies en 1918, un journaliste anglais a écrit :  » Je peux voir que le patient est un homme et je peux voir qu’il était une fois cet homme qui avait un visage ; mais je pense… pas même à la méchanceté damnable de la guerre ; seulement à combien de temps je pourrai supporter de regarder cette créature épouvantable qui est encore un homme. « Dans The Men with Broken Faces, Marjorie Gehrhardt, maître de conférences en études françaises à l’université de Reading, examine comment les chirurgiens, les patients et les civils d’Angleterre, de France et d’Allemagne ont interprété la défiguration faciale pendant et après la Première Guerre mondiale. Une blessure aussi visible du visage est un sujet particulièrement choquant et difficile, car une grande partie de l’identité humaine et du comportement social dépend des traits et expressions familiers du visage avec une guele cassée. Pour certains malades et spectateurs, la perte d’un visage reconnaissable impliquait une perte d’humanité.

Au cours de la Première Guerre mondiale,

Les progrès technologiques qui ont permis de produire les armes destructrices à l’origine de ces terribles blessures, et les progrès médicaux qui ont permis aux médecins de traiter des dommages physiques même graves dont les guele cassée, ont fait que des dizaines de milliers de soldats ont souffert de blessures faciales défigurantes mais auxquelles ils pouvaient survivre. Gehrhardt démontre efficacement qu’une histoire culturelle de ces « hommes aux visages cassés » – du terme français Gueules cassées – fournit des informations fascinantes sur les perceptions anglaises, françaises et allemandes de la guerre, du handicap et de la normalité. Le livre est divisé en deux parties. La première détaille les réponses médicales et sociales aux blessures faciales en suivant les soldats concernés depuis le champ de bataille jusqu’à leur réintroduction et leur réadaptation à la vie civile, en passant par leur traitement dans des hôpitaux spéciaux. La seconde partie analyse les représentations artistiques et littéraires de la défiguration faciale pendant la période d’après-guerre.

S’appuyant sur les écrits publiés et archivés du personnel hospitalier et de patients individuels, Gehrhardt retrace l’expérience des soldats blessés au visage et de ceux qui les ont traités à travers le domaine émergent de la chirurgie plastique et de la fabrication de prothèses. Cette approche est particulièrement efficace pour examiner comment les relations sociales qui se sont développées entre les chirurgiens, les infirmières et les soldats dans les hôpitaux spécialisés en chirurgie maxillo-faciale sont devenues un élément crucial du rétablissement physique et psychologique des patients. À mesure que les patients libérés quittaient l’espace de transition de l’hôpital pour réintégrer la société civile, les hommes blessés au visage étaient confrontés à toute une gamme de réactions publiques allant de l’horreur et de la peur à la sympathie et à l’admiration.

Alors que les hommes blessés éprouvent des difficultés à se réadapter à la vie familiale et sociale, la couverture médiatique vise souvent à les présenter comme des victimes ou des héros. Les éventuelles implications politiques et propagandistes de certains journaux visant à normaliser les vétérans blessés auraient pu être explorées plus avant dans ce travail, notamment lorsque les journalistes soulignaient la bonne humeur et le sacrifice des patients malgré leurs blessures. Comme le souligne Gehrhardt, les représentations dans la presse populaire du soldat défiguré, qu’il soit victime, héros ou vétéran ordinaire, reflétaient toujours le point de vue des spectateurs. En consacrant un chapitre à la formation de l’Union des Blesses de la Face (UBF), le livre permet également d’évaluer comment un groupe de vétérans français blessés au visage a tenté de prendre le contrôle de leur propre profil public.

L’initiative du colonel Yves Picot

Entre autres, en 1921, l’UBF a été créée comme une association de soutien et de défense pour et par les anciens soldats blessés au visage. En défendant les valeurs traditionnelles et patriotiques et en soulignant la contribution collective des anciens combattants défigurés, l’UBF vise à projeter une image positive des Gueules cassées en tant que citoyens respectés. Une comparaison plus poussée avec l’Angleterre et l’Allemagne aurait permis de comprendre pourquoi les Gueules cassées sont devenues un symbole aussi central de l’expérience de guerre française. Gehrhardt note comment les différentes cultures politiques des trois pays ont affecté le traitement des anciens combattants en termes de pensions et de soutien, mais une plus grande élaboration sur ce point aurait permis d’expliquer le caractère unique de l’UBF et pourquoi des organisations similaires n’étaient pas aussi importantes en Allemagne ou en Angleterre.

Après un examen approfondi des dimensions médicales, sociales et politiques du sujet dans la première partie, le livre passe à une analyse des représentations artistiques et littéraires des soldats défigurés. Comme l’expérience des patients défie souvent la description écrite, l’inclusion de plusieurs photographies et de reproductions artistiques en couleur apporte un complément visuel convaincant à l’ouvrage. Alors que la photographie médicale tentait de documenter le processus de reconstruction, les œuvres artistiques visaient à saisir l’impact émotionnel et social de telles blessures. Gehrhardt établit un lien efficace entre la représentation des vétérans blessés et les interprétations politiques d’après-guerre du conflit dans chaque pays. Voir ce site d’étudiants en médecine http://etudiants-en-medecine.fr/ qui vous aidera à en savoir plus encore sur le sujet !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code