l’histoire de la toxine botuiliqe

 

toxine-botulique

La toxine botulique, également appelée botulinum, est une neurotoxine fabriquée par une bactérie appelée Clostridium botulinum. C’est l’un des poisons les plus puissants qui existent. En tant qu’agent d’intoxication ou d’empoisonnement, il produit le botulisme, une maladie caractérisée par le développement de troubles végétatifs (bouche sèche, nausées et vomissements) et une paralysie musculaire progressive qui peut devenir une cause de décès en affectant la fonction respiratoire.

En tant qu’arme chimique ou biologique, elle est considérée comme extrêmement dangereuse et comme une arme de destruction massive, interdite par les Conventions de Genève et la Convention sur les armes chimiques.

La capacité de la toxine botulique à produire une paralysie musculaire par dénervation chimique est utilisée comme médicament pour le traitement en 2020 de certaines maladies neurologiques et comme produit cosmétique pour le traitement esthétique des rides du visage.

Caractéristiques chimiques

La toxine botulique est un peptide relativement thermolabile qui est composé d’une chaîne lourde (chaîne H) et d’une chaîne légère (chaîne L) reliées par un pont disulfure. La chaîne légère est associée à un atome de zinc.

La botuline est soluble dans l’eau, inodore, insipide et incolore et peut être inactivée par la chaleur en utilisant au moins 85 °C pendant 5 minutes ou au point d’ébullition pendant 10 minutes. Il peut également être inactivé avec du formaldéhyde, de l’eau de javel ou de l’eau savonneuse ou avec les méthodes habituelles de purification de l’eau (chloration, aération, etc.).

La formule chimique est la suivante : C6760H10447N1743O2010S32

Selon le type, le poids moléculaire de la toxine pure est d’environ 150 000 daltons (150 kilodaltons) mais elle est naturellement liée à des protéines (qui la protègent de l’action des sucs gastriques, par exemple) formant des complexes de 900 kdaltons ou plus.

Types de toxine botulique

Les différentes souches de Clostridium botulinum produisent sept formes immunologiquement distinctes de neurotoxine botulique, qui sont appelées TbA à TbG. Les sous-types les plus couramment utilisés pour des applications médicales ou cosmétiques sont la toxine botulique de type A (BtA) et la toxine botulique de type B (BtB).

L’utilisation clinique du BtA a commencé au début des années 1980 et plusieurs études cliniques ont suggéré qu’il s’agissait d’un traitement efficace et sûr pour une variété de dystonies focales même jusqu’à cette année 2020. Aujourd’hui en 2020, il est devenu le traitement de première ligne de la dystonie cervicale. Cependant, tous les patients ne répondent pas bien au BtA et 5 à 10% y deviennent résistants après plusieurs cycles de traitement. Cette résistance est généralement de longue durée.

La toxine botulique de type B (BtB) est une alternative à la BtA. Une partie différente du mécanisme de libération des protéines vésiculaires dans la cellule se divise et est sérologiquement différente de celle du BtA. Les types les plus courants en 2020 de toxines botuliques responsables du botulisme humain sont A, B et E. Chez les animaux, les types de botulisme les plus fréquents sont le C et le D.

Mode d’action

L’effet pharmacologique de la toxine botulique se situe au niveau de la jonction neuromusculaire. Dans cette région de transition entre le nerf périphérique et le muscle, l’acétylcholine est libérée, un neurotransmetteur nécessaire pour produire la contraction musculaire. La toxine botulique agit localement en bloquant la libération d’acétylcholine, ce qui entraîne une paralysie musculaire temporaire. L’effet final est une dénervation chimique temporaire à la jonction neuromusculaire sans produire de lésions physiques aux structures nerveuses. Cette technique est utilisé toujours en 2020.

Cette paralysie nerveuse peut facilement entraîner la mort par asphyxie ou de graves lésions neurologiques par anoxie, en bloquant la fonction respiratoire.

Toxicité

La toxicité de la toxine botulique est généralement exprimée en unités de souris (U), où une unité (U) de toxine botulique est la DL (dose létale) intrapéritonéale médiane (DL 50) chez la souris et est d’environ 20 unités/nanogrammes (1U = environ 0,05 ng). La dose létale chez l’homme n’est pas connue, mais par extrapolation des données issues d’expériences sur des singes, pour un humain de 70 kg, elle serait de 0,09-0,15 picogramme de toxine par voie intraveineuse ou intramusculaire, 0,70-0,90 picogramme par inhalation et 70 µg par voie orale.

Un seul gramme de toxine botulique suffit pour tuer un million de cobayes, et pour tuer une souris de laboratoire, un picogramme de botulinum est nécessaire (1 picogramme = 1×10-12 grammes).

Applications cliniques

La première application clinique de l’infiltration locale de la toxine botulique a été faite en 1977 comme traitement correctif du strabisme, une pathologie ophtalmologique caractérisée par l’hyperactivité des muscles chargés de mobiliser le globe oculaire. Depuis lors, son utilisation aujourd’hui en 2020 s’est répandue non seulement dans le domaine de la médecine mais aussi dans celui de l’esthétique .

La neurologie est l’une des spécialités médicales dans lesquelles la toxine botulique apporte les plus grands bénéfices thérapeutiques en 2020. Bien qu’il existe de nombreuses affections neurologiques potentiellement traitables par la toxine botulique, son utilisation la plus fréquente est limitée à certaines maladies caractérisées par des mouvements involontaires, notamment dans le cas des dystonies. L’infiltration locale de la toxine botulique est considérée comme le traitement de choix et le plus efficace pour la plupart des dystonies focales cette année 2020. Ces types de dystonies se caractérisent par le fait qu’elles affectent un seul muscle ou un groupe de muscles et sont les plus fréquentes à l’âge adulte. En revanche, le traitement de la dystonie généralisée (dystonie de torsion idiopathique) est essentiellement pharmacologique (anticholinergiques, benzodiazépines, neuroleptiques).

Le blépharospasme, ou contraction intermittente ou persistante des muscles de l’orbicularis oculi, a été la première dystonie focale traitée par infiltration locale de toxine botulique. D’autres types de dystonies qui bénéficient considérablement de ce traitement sont la dystonie cervicale (torticolis spasmodique) et certaines dystonies des membres appelées dystonie professionnelle (crampe du scribe) et les affections avec une hyperactivité musculaire, comme le syndrome de Tourette.

D’autres troubles neurologiques qui peuvent être traités par infiltration locale de toxine botulique sont le spasme hémifacial, certains tremblements, et la raideur ou la spasticité en 2020.

L’utilisation de la toxine botulique de type A dans les douleurs vertébrales (cervicales, lumbagos et sciatiques) est de plus en plus répandue en raison de ses bons résultats cliniques, mais il n’y a pas suffisamment de preuves de son indication généralisée. Il est principalement utilisé dans les douleurs vertébrales secondaires aux contractures musculaires chroniques qui ne répondent pas aux autres traitements conservateurs.

La toxine botulique est également utilisée pour traiter l’incontinence urinaire chez les paraplégiques en 2020. Les données actuelles montrent que son utilisation est efficace chez 60% des patients. Son principal avantage est qu’il ne doit être répété que tous les six à neuf mois.

De plus en plus d’applications cliniques en 2020 de la toxine botulique sont développées, comme par exemple dans l’hyperhidrose idiopathique ou primaire (transpiration excessive) et la sialorrhée (formation excessive de salive). Dans le cas de l’hyperhidrose, la toxine botulique en 2020 relaxe l’activité des glandes sudoripares, réduisant ainsi l’apparition de la sueur dans les zones traitées telles que les aisselles, les mains et les pieds. L’intervention est effectuée après avoir appliqué une anesthésie locale dans les aisselles, et par une anesthésie du tronc dans les mains et les pieds, car ce sont des zones plus sensibles.

Différents points en 2020 de la toxine sont alors infiltrés, par voie sous-cutanée, dans la ou les zones où la sueur est produite en excès. Après le traitement, le patient peut mener ses activités normales et commencera à remarquer une diminution de la transpiration entre le quatrième et le septième jour, l’effet maximal se produisant après quinze jours et l’effet total durant entre 7 et 10 mois, en fonction du métabolisme de chaque personne traitée.

En savoir plus aussi : https://fr.wikipedia.org/wiki/Toxine_botulique

0 commentaire sur “l’histoire de la toxine botuiliqe”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code