Troubles de la transpirations, quelles sont les méthodes naturelles et esthétiques ?

 

toxine-botulique-paris-transpiration

Si nous recherchons le terme hyperhidrose (transpiration excessive) dans Google, nous trouverons une infinité de traitements possibles, qu’ils soient faits maison, naturels, injectables, chirurgicaux, psychologiques, homéopathiques ou de pharmacologie conventionnelle.

Dans ce post, je voudrais aborder l’importance de la transpiration comme caractéristique constitutionnelle dans l’interrogatoire de son patient par le médecin homéopathe et passer en revue de manière concise les différentes possibilités de traitement, et ce que nous pouvons en attendre.

Mais qu’est-ce que la sueur ?

La sueur est un liquide composé principalement d’eau, mais aussi de chlorure de sodium (goût salé), d’urée, d’acide urique et lactique et d’autres substances. Produit par les glandes sudoripares situées sous la peau, il peut acquérir une odeur particulière après avoir mangé certains aliments comme l’ail ou les sardines.

Il est curieux que, contrairement à ce que l’on pense habituellement, les zones où les glandes sudoripares sont les plus présentes ne soient pas les aisselles, mais la paume des mains, la plante des pieds et le front, où l’on peut trouver entre 600 et 700 glandes par centimètre carré, avec un total de 3 à 4 millions de ces glandes.

Il est important de noter que les glandes sudoripares sont particulièrement sensibles aux stimuli psychologiques.

Pourquoi transpire-t-on ?

Les êtres humains, les oiseaux et les mammifères sont des homéothermes, c’est-à-dire que nous régulons notre température corporelle sans dépendre de l’environnement extérieur, contrairement aux poïkilothermes qui ne régulent pas leur température corporelle, mais l’adaptent plutôt à celle du milieu dans lequel ils vivent comme cela arrive aux lézards, aux poissons, etc.

Si vous subissez une opération de toxine botulique à Paris, le problème de transpiration peut être réglé. Mais je vous suggère de vous dirigez chez un spécialiste.

La transpiration est une nécessité physiologique et sa fonction principale est de réguler la température corporelle, car lorsqu’elle s’évapore dans la peau, elle réduit l’excès de chaleur. C’est pourquoi nous transpirons lorsque nous avons chaud, pendant l’exercice physique ou dans des situations de tension nerveuse. Elle intervient également dans l’élimination des substances qui sont nocives pour la santé.

Normalement, nous transpirons un peu plus d’un litre par jour au repos, mais ce volume peut atteindre un litre par heure si nous faisons un exercice intense. Cette quantité n’est pas stable tout au long de la vie, car les enfants et les personnes âgées transpirent moins que les adultes.

Qu’est-ce que l’hyperhidrose ?

Dans des conditions normales, nous ne devrions transpirer de manière excessive que si nous faisons du sport ou si la température ambiante est élevée. Cependant, il y a des personnes dont la transpiration est très intense en toute circonstance, soit de manière généralisée : aisselles, mains, pieds, visage et crâne, soit de manière localisée.

Lorsqu’elle touche les mains ou les aisselles, elles semblent constamment trempées, au point que pour ces personnes, c’est un problème qui conditionne leur vie sociale, professionnelle et affective.

L’hyperhidrose ou production excessive de sueur est un trouble traumatique pour ceux qui en souffrent, et n’a rien à voir avec une mauvaise hygiène.

Intérêt de la transpiration dans l’histoire médicale homéopathique

Dans toute histoire médicale, il y a une première partie qui est appelée anamnèse en médecine et qui est conforme aux données cliniques initiales que le médecin recueille lorsqu’il examine le patient qui lui rend visite pour la première fois ; mais, en plus et surtout, lorsqu’il demande au patient de décrire les symptômes ou les malaises qu’il a ressentis depuis le début de la maladie.

Pour le médecin homéopathe, la présence de sueur, sa quantité, sa viscosité, sa température et sa localisation, tant en pathologie aiguë que chronique, et comme expression d’une réactivité ponctuelle ou plus largement constitutionnelle, sont intéressantes dans le choix des médicaments à utiliser sur le patient.

Nous avons un très bon exemple de ce que je dis dans un symptôme fréquent, la fièvre.

Une image fébrile a beaucoup à apporter au médecin. Cela a toujours été le cas, surtout lorsque la pratique médicale était plus observationnelle et moins technologique et pharmaco-technique.

La prostration ou l’activité, l’état de la peau, la présence d’agitation, de soif ou d’appétit sont, entre autres, des changements que le médecin homéopathe apprécie et sur lesquels il interroge le patient. Je suis convaincu que les médecins exclusivement conventionnels (sur le plan thérapeutique) tiennent également compte de ces changements que le patient ressent et verbalise lors de la prescription.

Parmi ces symptômes/changements, la transpiration joue un rôle important dans le choix du traitement par le patient :

Lorsque la peau est sèche et chaude, nous utilisons ACONITUM
Si la transpiration est intense, on pensera à BELLADONA, ACONITUM, GELSEMIUM, NUX VOMICA ou CHAMOMILLA
Si elle est intermittente, nous nous souviendrons d’APIS MELLIFICA, d’ARSENICUM ALBUM ou de FERRUM PHOSPHORICUM.
Son odeur nous dirigera vers MERCURIUS SOLUBILIS, HEPAR SULFUR ou BAPTISIA TINCTORIA.
Le reste des symptômes objectifs et subjectifs finira par déterminer le choix du médicament approprié pour notre patient.

Du point de vue de la pratique médicale, c’est un exercice mental très intéressant, je vous l’assure.

En pathologie chronique et répétitive également, la présence de sueur fait partie de la nature de l’individu, de sa façon de réagir à la maladie ou c’est une caractéristique constitutionnelle et elle sera intéressante pour la mise au point d’un traitement efficace. Ainsi :

Anti-transpirants

Il s’agit de substances que nous appliquons directement sur la peau pour réduire l’excès de transpiration. Leur efficacité est scientifiquement reconnue et le rôle du chlorure d’aluminium se distingue par sa capacité à boucher les glandes eccrines et à déstructurer la kératine. Ils doivent être utilisés la nuit et sur une peau sèche.

Au moment où nous constatons l’amélioration clinique, il faut espacer les doses pour les utiliser 2 à 3 fois par semaine. Son principal effet néfaste est l’irritation de la peau, ce qui peut limiter son utilisation. En revanche, rien ne prouve que l’aluminium puisse provoquer des mutations ou des lésions de l’ADN susceptibles d’entraîner un cancer.

Pour en savoir plus, visitez ce lien : https://www.crpce.com/

Que peut offrir l’homéopathie dans l’hyperhidrose ?

L’hyperhidrose est un trouble qui a un impact psychosocial élevé sur le patient, car l’augmentation de la sueur dans les zones visibles comme le visage ou les aisselles, ou dans les zones de grande activité sociale comme les mains, peut affecter l’estime de soi et les relations interpersonnelles, et peut également constituer un problème potentiel dans l’exécution de certaines manœuvres domestiques ou professionnelles (serrer la main, dessiner, conduire, cuisiner, écrire…)

LES MÉDICAMENTS HOMÉOPATHIQUES OFFRENT UN TRAITEMENT GLOBAL DU PROBLÈME ET DES RÉSULTATS PLUS STABLES DANS LE TEMPS

Soyons réalistes, l’hyperhidrose est un problème complexe à traiter. Les caractéristiques constitutionnelles, tant génétiques que de personnalité/comportement, font de l’hyperhidrose un problème médical qui doit être traité à la fois physiquement et psychologiquement. Rappelons-nous l’influence de l’état nerveux sur la production de sueur.

Les remèdes à domicile, les produits chimiques tels que l’hydroxyde d’aluminium bien connu et d’autres, la phytothérapie, les mesures diététiques, l’iontophorèse (technique qui introduit des ions à travers la peau avec un courant continu), la toxine botulique, ou la chirurgie dans les cas les plus graves, les trois derniers avec des taux élevés d’efficacité à court terme, posent une solution généralement axée uniquement sur l’excès de sueur et limitée dans le temps, laissant de côté la structure psychologique du patient qui influence dans de nombreux cas l’apparition de la transpiration excessive.

Bien que les médicaments homéopathiques ne soient pas une panacée, ils offrent un traitement global du problème, bien que naturellement pas immédiatement, mais ils peuvent offrir des résultats plus stables dans le temps.

Les médicaments tels que CHAMOMILLE, OPIUM, JABORANDI, CAUSTICUM, GELSEMIUM, THUYA, CALCAREA CARBONICA, SILICEA et un long etc., sont des médicaments très utiles dans le traitement de la transpiration excessive que le médecin homéopathe prescrira après une étude consciencieuse du patient dans ses aspects physiques et psychologiques. Leur compatibilité avec d’autres traitements, si elle est jugée opportune, nous permettra d’obtenir une moindre récurrence du problème, ce qui évitera l’utilisation de traitements potentiellement plus agressifs qui ne sont pas exempts d’éventuels effets secondaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code