Soins de la rosacée

Qu’est-ce que la rosacée ?

La rosacée est un trouble inflammatoire chronique qui affecte la région du visage et se manifeste généralement par des poussées. Elle se caractérise par une rougeur faciale persistante ou transitoire, qui peut être associée à des papules inflammatoires ou purulentes (boutons). Elle apparaît généralement entre 30 et 50 ans, bien que l’apparition soit généralement plus précoce chez les femmes et que la maladie soit plus grave chez les hommes.

Quelles sont les causes de la rosacée ?

Il n’y a pas de cause connue, mais plusieurs mécanismes ont été proposés qui favorisent son apparition : dérégulation neurovasculaire, réponse immunitaire anormale, exposition aux ultraviolets, dysfonctionnement de la barrière cutanée et présence d’un plus grand nombre d’acariens Demodex sur le visage. Il s’agit donc d’un mélange de prédisposition génétique et de déclencheurs environnementaux.

S’il existe des facteurs déclenchants, elle peut être aggravée par l’exposition au soleil, des changements soudains de température, la consommation d’alcool, d’aliments chauds ou épicés, le stress ou l’anxiété, l’utilisation de cosmétiques irritants, de corticoïdes topiques ou de médicaments vasodilatateurs.

Quels sont vos symptômes ?

Les symptômes sont divers et peuvent varier considérablement d’un patient à l’autre. La rosacée tend actuellement à être classée en 4 sous-types, compte tenu du fait que ceux-ci peuvent se chevaucher :

1) Rosacea erythematotelangiectatica (sous-type 1) : les patients ont tendance à présenter une rougeur soudaine et transitoire, également appelée bouffées vasomotrices. Avec le temps, les vaisseaux superficiels de la peau se dilatent, produisant un érythème facial persistant, qui est généralement accompagné de télangiectasies (varices) de plus grande taille. Ce sous-type de rosacée présente une peau sèche et sensible, qui peut être associée à une sensation de brûlure et à une intolérance à certains produits ou cosmétiques en médecine esthétique !

2) Rosacea papulopustulosa (sous-type 2) : elles peuvent également présenter une rougeur faciale, mais la plus caractéristique est la présence de papules ou de pustules rouges (boutons), semblables à celles observées dans l’acné, qui surviennent généralement en cas de poussée et durent environ 2 semaines sans traitement.

3) Rosacea fimatosa (sous-type 3) : on observe une peau épaissie avec des nodules et des pores proéminents, le rhinophyma (localisation dans le nez) étant la forme de présentation la plus fréquente, surtout chez l’homme. On peut également l’observer sur le menton, le front, les oreilles et les paupières.

4) Rosacée oculaire (sous-type 4) : elle peut être associée à des altérations cutanées ou présentée de manière isolée, ce qui peut rendre son diagnostic très difficile. Elle peut être associée à 30 à 50 % des patients présentant des lésions cutanées de la rosacée, il faut donc la rechercher. Les symptômes comprennent la sécheresse oculaire, la sensation de granulation, le larmoiement, l’intolérance aux lentilles de contact et les démangeaisons.
Comment la maladie est-elle diagnostiquée ?

Le diagnostic est clinique, c’est-à-dire qu’il est établi à partir des antécédents et des signes cliniques du patient. Dans les cas atypiques, il peut être nécessaire de pratiquer une biopsie cutanée pour confirmer le diagnostic, mais cela n’est généralement pas nécessaire.
Symptômes de la rosacéeEst-ce qu’il existe un traitement ?

Bien qu’il n’existe pas de traitement curatif en tant que tel, nous disposons aujourd’hui d’outils pour améliorer la qualité de vie de ces patients, et pour pouvoir résoudre de nombreux problèmes causés par la rosacée. Il est essentiel de fournir aux patients des mesures générales, qui consistent à éviter les facteurs prédisposants, et des soins quotidiens de la peau :

1) Prédisposer les facteurs à éviter :

-Exposition au soleil

-Changements de froid/chaleur

-Consommation d’alcool

-Les aliments épicés ou excessivement chauds

-Stress ou anxiété

-Utilisation de produits cosmétiques ou de produits irritants

-L’utilisation prolongée de stéroïdes topiques ou de médicaments vasodilatateurs.

2) Soins généraux de la peau :

La rosacée est classée comme une peau sensible ou réactive, et nous suggérons donc d’appliquer ces recommandations :

-Lavez-vous le visage à l’eau chaude et utilisez des produits de nettoyage sans savon ni alcool. Les eaux micellaires, les eaux thermales, les crèmes ou les laits nettoyants sont utiles.

-Utilisez la crème solaire SPF ≥ 30 pour les rayons UVA et UVB, ainsi que les hydratants qui réparent la barrière épidermique quotidiennement. Il existe des combinaisons qui incorporent les deux produits, et qui peuvent produire un soulagement et une amélioration des symptômes.

-Comme pour le maquillage, évitez ceux qui sont résistants à l’eau et difficiles à enlever. Les poudres hydrosolubles pour le visage contenant des pigments verts peuvent neutraliser la perception de l’érythème, et sont une bonne option pour la rosacée et les peaux sensibles.

-En général, évitez les astringents, toniques et exfoliants agressifs. Évitez les cosmétiques contenant de l’alcool, des menthols, des camphres, de l’hamamélis, des parfums, de la menthe et de l’huile d’eculapse.

-En résumé, les piliers du traitement seraient d’éviter les produits irritants pour la peau, de nettoyer quotidiennement avec des produits spécifiques pour la rosacée ou les peaux sensibles, et d’utiliser quotidiennement une crème hydratante et une photoprotection.

3) Traitement médical de la rosacée :

Rosacea erythematotelangiectatica :

Pour le traitement des érythèmes transitoires ou des bouffées vasomotrices, le gel de tartrate de brimonidine 0,5% peut être une bonne alternative appliqué le matin une fois par jour, bien que cela ne soit pas toujours bien toléré.

Pour les érythèmes permanents ou non, et même pour les télangiectasies (varices), le traitement idéal est l’utilisation de sources de lumière ou de lasers, tels que l’IPL (lumière pulsée intense), le PDL (laser à colorant pulsé) et le ND-YAG (laser néodyme-YAG), pour les télangiectasies plus profondes. Dans Campuslaser, nous avons l’IPL et le ND-YAG, avec de très bons résultats cliniques.

Rosacée papulopustuleuse :

Il existe une plus grande variété de traitements, que l’on peut diviser en traitements topiques (métronidazole, acide azélaïque ou ivermectine) pour les patients souffrant d’une affection légère, et en traitements systémiques (doxycycline, minocycline ou isotrétinoïne à faibles doses), qui sont généralement réservés aux rosacées modérées ou sévères.

Rosacea fimatosa :

Dans les lésions actives, la doxycycline orale et l’isotrétinoïne sont utiles, en combinaison avec les lasers vasculaires ou l’IPL. Pour les lésions inactives, le traitement passe par des thérapies physiques, avec des traitements ablatifs au laser comme le CO2, la dermabrasion ou l’électrodessiccation.

Rosacée oculaire :

Nous recommandons toujours un suivi et un traitement en collaboration avec des ophtalmologues. En plus des mesures de nettoyage générales, des traitements topiques (métronidazole, tétracyclines ou cyclosporine) et systémiques (doxycycline ou isotrétinoïne) peuvent être utilisés.

Traitement de la rosacée
Conclusions

En résumé, la rosacée est une pathologie très répandue dans notre environnement. Bien qu’elle n’ait pas de cause connue, elle présente des facteurs de prédisposition établis et une gamme de traitements qui peuvent nous permettre d’améliorer la santé de votre peau et les symptômes qui vous affectent. Chez Campuslaser, nous travaillons avec des appareils IPL et ND-YAG, qui peuvent être utiles pour le traitement de cette entité. Si vous pensez être atteint de rosacée, ou si vous avez des doutes sur votre traitement, n’hésitez pas à demander une évaluation dermatologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code